La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

« Sur la fermeture des bordels » de Michel Audiard

Cocottes ParisVoilà un petit texte signé par un de nos plus grands dialoguistes qui vous distinguera à coup sûr dans une audition :

Si l’apparition du rutabaga reste l’atrocité majeure de l’Occup’, la fermeture des claques reste l’atrocité majeure de la Libé.
Le gouvernement provisoire qui l’a fomentée est à jamais marqué au fer rouge !
Créées en 1347 par la bonne reine Jeanne Ière, reine de Naples et comtesse de Provence, les maisons sont abolies le 13 avril 1946 sur l’instigation de Madame Marthe Richard dite « l’Alouette », contemporaine du Kaiser et « contre »-espionne retraitée. On a fusillé Mata-Hari pour moins que ça !
La loi scélérate s’est abattue sur la France le jour même où était annoncée l’autonomie du Cambodge. Il y a, comme ça, des années où on est pas en train.
La fermeture des taules aura des répercussions dramatiques. On ne plonge pas impunément les vieillards dans l’angoisse et la jeunesse dans le désarroi. Se désintéressant des vieux, selon l’habitude, un ministre des sports hystérique ne va rien trouver de mieux que de précipiter les jeunes sur les stades.
Mille cinq cent-trente-deux piscines sont ouvertes, génératrices de seize mille otites et de six cent cinquante verrues plantaires, tandis que les clavicules et les tibias volent en éclats sur les terrains de rugby.
Mais il n’y a pas de connerie qui ne soit perfectible. A force de lancer le javelot, le disque, le poids, on finit par lancer le pavé. Ça donne Mai 68.
Conséquence inéluctable de l’hypertrophie musculaire, Mai 68 est le résultat d’Avril 46. Le responsable n’est pas Dany-le-rouge, mais « l’Alouette ». Quand on ferme le Chabanais*, on le déclenche !… »

Michel Audiard, « Sur la fermeture des bordels« , Vive la France, 1973

*Le Chabanais était un bordel de Paris renommé et luxueux, situé rue Chabanais dans le 2ème arrondissement. Il fut fréquenté entre 1878 et 1946 par des clients illustres dont le futur roi Edouard VII, le roi Charles Ier de Portugal, le maharadjah de Kapurthala, des vedettes, des écrivains… avant d’accueillir les officiers du Reich sous l’Occupation puis d’être fermé en avril 46.

Voir notre liste complète de textes et de scènes de théâtre (pour une audition ou pour l’amour du travail)

Un commentaire sur “« Sur la fermeture des bordels » de Michel Audiard

  1. Drozu
    22 février 2015

    Bien trouvé, puisque c’est d’actualité 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :