La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Le présentateur télé dans Le Satyre de La Villette de René de Obaldia

Laurent DelahousseContinuons notre semaine René de Obaldia (Genousie, Le Général Inconnu) avec cet extrait à peine satirique de la pièce hilarante Le Satyre de La Villette. Urbain Cloquet est le présentateur vedette du journal télé et voici le genre de bulletins auxquels on a le droit tous les soirs :

URBAIN, à la télévision.

… et la situation reste confuse. Ce matin, à 10h25, le général Potoduhesme, récemment débarqué à Paris et escorté par les colonels Rafiot de Jute et Joufflu, a ranimé la flamme du Soldat Inconnu. « Inconnu » est un mot qui n’a guère de sens au XXème siècle, a déclaré le général tandis qu’il ranimait.

Mais venons-en au fait capital de la matinée : M. Mic, après avoir parcouru 700 000 kilomètres, a enfin rencontré M. Mac, ce dernier en ayant accompli 423 000 pour sa part. Les deux grands hommes d’Etat, après s’être serré la main, sont repartis immédiatement chacun de leur côté. De Panama, nous apprenons qu’une tentative pour faire sauter le canal a échoué. Ce geste malheureux est imputé à des extrémistes.

Nouvelles de dernière minute : Après les Américains qui viennent de lancer avec succès une girafe dans l’espace, les Russes viennent de propulser à la verticale Boro, le plus gros éléphant du zoo de Moscou. Ce dernier, au dire des Soviétiques, aurait déjà accompli neuf fois le tour de notre planète… Vive protestation en Angleterre, où la Société Protectrice des Animaux s’élève à juste titre contre ce qu’elle nomme « le viol du pachyderme »…

Mais revenons sur terre où malheureusement le viol, le viol pur et simple, continue d’alimenter la chronique. Nous apprenons à l’instant que la satyre de La Villette, ainsi nommé pour le choix qu’il a fait de ce quartier, continue d’exercer ses ravages : après la petite Monique, la petite Lola, la petite Hélène, la petite Fanfan, la petite Carmen, la petite Dédé, la petite Chinoise, c’est au tour de la petite Huguette d’avoir subi ses sévices… On a trouvé la fillette évanouie – ou faisant semblant – dans une rame de métro, entre les stations Crimée et Stalingrad. Les mailles du filet de la police se resserrent sur l’odieux personnage.

Ceci compense cela : nous avons la joie d’apprendre que la princesse Fleep vient de mettre au monde une ravissante petite fille.

Eh bien voici, Mesdames et Messieurs, ce que nous pourrions appeler les lignes de force du moment, lignes qui se coupent, qui s’entremêlent, qui se choquent, qui s’accouplent, qui se chevauchent à l’occasion, mais qui, toutes, donnent à notre planète sa physionomie, prouvant, s’il en était besoin, sa vitalité.

A très bientôt, chers téléspectateurs, et merci de votre attention.

Le Satyre de la Villette, René de Obaldia. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez trouver le livre sur ce lien : 

Le Satyre de la Villette – René de Obaldia

Voir notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition ou pour le plaisir)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :