La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Dialogue OFFable avec Michaël Hirsch, auteur et comédien de POURQUOI ?

Michaël Hirsch POURQUOIAujourd’hui nous rencontrons Michaël Hirsch, un jeune comédien qui fait partie de l’équipage du Paquebot Tenacity, et qui présente également au Festival OFF d’Avignon son seul-en-scène intitulé « POURQUOI ? » :

Bonjour Michaël, peux-tu nous raconter comment tu es « tombé » dans le théâtre ?

Je suis attiré par la scène depuis longtemps. J’ai commencé assez jeune avec du théâtre d’impro, pendant deux ans, et puis j’ai arrêté. J’ai repris le théâtre pendant mes études sous une forme plus classique. L’expérience a été très encourageante. Puis j’ai écrit un seul-en-scène que j’ai joué dans mon école et qui a été très bien accueilli et ça a confirmé mon désir d’être comédien. À la sortie de l’école, j’ai décidé de faire ce métier.

Pourquoi le cours Cochet ?

J’ai découvert le cours Cochet par Fabrice Luchini. Je l’admire énormement, je trouve que c’est un comédien fantastique dont le travail correspond pour moi à une conviction profonde : le métier du comédien est technique. Pourquoi ce serait réservé aux danseurs, aux chanteurs… ? Auprès de Jean-Laurent Cochet, j’ai appris énormément et, maintenant que je joue, je commence seulement à comprendre certains de ses enseignements.

Comment est né « POURQUOI ? » ?

Étant en école de commerce, j’étais en stage dans une entreprise où je m’ennuyais pas mal, car mon travail ne répondait pas à mon besoin de créativité. Et assez naturellement, j’ai commencé à écrire. Il se trouve que la première forme de ces productions était humoristique. Mais je ne savais pas où j’allais, et encore moins que j’allais en faire un spectacle. Petit à petit, j’ai commencé à assembler les morceaux et j’ai joué une toute première version à la fin de mon école de commerce.

Au cours Cochet, je n’ai pas du tout retravaillé mon spectacle. Je n’arrivais pas à écrire. C’est seulement à la sortie que j’ai écrit une nouvelle version, que j’ai jouée six mois au Théâtre Les Déchargeurs. Puis j’ai rencontré Ivan Calbérac, un auteur et metteur en scène, qui a eu des mots très intéressants pour parler de mon spectacle et j’ai senti qu’on avait nos univers de création étaient similaire. Pendant six mois, on a travaillé sur une version enrichie du spectacle, présentée au Festival des Scènes de la Grange et que je jouerai à l’Essaïon au OFF.

De quoi parles-tu dans « POURQUOI ? » ?

De tous les sujets. « POURQUOI ? » décrit le parcours d’un personnage qui se pose beaucoup de questions. A chaque étape de sa vie, une nouvelle interrogation apparaît et l’emmène dans une histoire absurde. Il aborde la question de la place de l’enfant, de la nécessité du travail, du choix, de la différence et la tolérance…

Est-ce que tu t’inspires de l’actualité ?

Oui et non. On ne peut pas échapper à l’actualité, mais je m’en méfie parce qu’elle est souvent très vide. J’essaie de trouver dans les événements récents des choses universelles. Ce n’est pas un spectacle de stand-up. J’essaie de mettre de l’humour, de la poésie, des choses impertinentes parfois, et allez, j’ose le mot, un peu d’esprit.

Pourquoi le seul-en-scène ?

C’est la première forme d’écriture qui m’est venue. J’ai envie de continuer, je m’y amuse énormément. On a une liberté incroyable sur scène, mais je ne me ferme aucune porte.

Aujourd’hui j’ai envie d’écrire pour plusieurs personnages. Les faire vivre ensemble, c’est un autre exercice, qui demande plus de travail, moins évident. Et j’y travaille ! J’ai plusieurs histoires en chantier, des thèmes qui m’intéressent, comme les relations homme-femme, la place de l’enfant dans le couple, la question de l’identité, de la différenciation entre les individus… Mais je suis dans une période très active qui ne me laisse pas le temps de m’embarquer à fond sur un nouveau projet.

Mon envie en tant que comédien et en tant qu’auteur c’est de raconter des histoires. Peut-être que le prochain résultat sera un seul-en-scène, peut-être une pièce à plusieurs voix, peut-être un roman, une mini-série pour le web, quelque chose pour le cinéma… Pourquoi pas ?

En parlant d’identité, est-ce que tu vas aborder le sujet brûlant de la religion ?

J’en parle déjà un peu dans « POURQUOI ? » et je continuerai sûrement à en parler. Je m’interdis seulement de ne pas être pertinent. Je n’aime pas la provocation pour la provocation. Mon objectif est de faire rire et, si possible, d’essayer d’éclairer, et non pas seulement de dénoncer. Je sais que je n’attaquerai pas le sujet frontalement, mais plutôt via une métaphore. Je trouve ça plus fort, personnellement ça me convainc plus.

Un auteur qui t’inspire ?

Tous les représentants de l’« esprit français » : Jules Renard, Alphonse Allais, Sacha Guitry, Raymond Devos, Pierre Dac, Desproges, et ça va être marrant de le mettre dans cette liste mais Edmond Rostand également. C’est le doyen de la bande, mais quel génie !

Une scène qui t’inspire ?

La scène des « non merci ! » dans Cyrano. Je crois que pour être heureux de vivre dans ce pays, il faudrait relire Cyrano de temps en temps. Quand je le relis, je me sens fier d’être Français, je retombe en admiration devant notre patrimoine littéraire.

Un comédien qui t’inspire?

François Morel. J’ai vu son seul-en-scène La Fin du monde est pour dimanche, c’est extraordinaire.

Un mot qui t’inspire ?

Mettre de son côté toute la quantité possible de possibles et aller droit (Jules Renard)

L’homme est plein d’imperfections, mais on ne peut être qu’indulgent quand on songe à l’époque où il a été créé (Alphonse Allais)

Un petit jeu de mots pour la route ?

Michaël Hirsch POURQUOI Essaïon Théâtre Festival OFF AvignonPetit extrait de « POURQUOI? » : « Pourquoi, Papa, y a des femmes qui portent des manteaux avec la fourrure des animaux, alors que les animaux ils portent pas de manteaux en peau de connasse ? »

Je remercie Michaël Hirsch pour cet entretien. Vous pouvez le voir à l’Essaïon à 11h25 dans « POURQUOI ? », et si jamais vous arrivez en retard, à 12h45 dans Le Paquebot Tenacity.

Pour réserver, c’est par ici : http://www.billetreduc.com/138699/evt.htm

Découvrez Dialogue OFFable, notre série d’entretiens avec les acteurs du Festival d’Avignon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 juin 2015 par dans Théâtre, et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :