La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Le Divan – Edmond Rostand

The Empire of Light Magritte MOMA.jpg

Quand on est couché sur le divan bas

Devant la fenêtre,

C’est délicieux, car on ne sait pas

Où l’on peut bien être.

 

Mollement couché, des coussins au dos,

On goûte une joie :

On ne voit plus rien entre les rideaux,

Que le ciel de soie !

 

Dès qu’on est debout, on revoit la cour

De zinc et d’asphalte.

Tout ce qui, soudain, quand le rêve court.

Vient lui dire : « Halte ! »

 

L’envers des maisons, luxe à prix réduit,

Gaz et tuyautages,

Et l’affreux vitrail qui se reproduit

A tous les étages !

 

Dès qu’on est debout, on voit brusquement

Tout ça reparaître.

On s’étend : plus rien que du firmament

Dans une fenêtre.

 

C’est pourquoi, souvent, quand je me sens las

De vulgaire vie,

Durant tout un jour, sur le divan bas,

Je rêve et j’oublie.

 

Et j’aime rester immobile sur

Le vieux divan rouge.

Sachant qu’on détruit le carré d’azur

Aussitôt qu’on bouge.

 

Et je n’aperçois que du bleu, du bleu,

Du bleu dans la baie ;

Le soleil y vient, une heure, au milieu,

Faire sa flambée ;

 

Oh ! ne pas bouger ! ne pas faire un pas

Vers cette fenêtre !

Croire que la cour affreuse n’est pas

Et ne peut pas être !

 

Oh ! dire au tableau : « Je ne te permets

Que ce qui s’étoile ! »

Se placer toujours pour ne voir jamais

Le bas de la toile !

 

Ce serait trop beau ! — Ne pas lire tout.

Choisir dans le livre ! —

Mais on ne peut pas ! Sans être debout.

On ne peut pas vivre !

 

Ce qu’il faut pouvoir, ce qu’il faut savoir.

C’est garder son rêve ;

C’est se faire un ciel qu’on puisse encor voir

Lorsque l’on se lève ;

 

C’est avoir des yeux qui, voyant le laid,

Voient le beau quand même;

C’est savoir rester, parmi ce qu’on hait,

Avec ce qu’on aime !

 

« Le Divan », Edmond Rosand, Les Musardises (1911).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 8 mars 2016 par dans Poésie, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :