La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

« Ogni giorno è la scuola » de Lucio Bukowski

Nouvel extrait de l’album Oderunt Poetas qui sort le 3 juin : « Ogni giorno è la scuola »titre qu’on pourrait traduire par « chaque jour est une école ». Et pour cause, le clip en noir et blanc s’ouvre sur un passage du Maître ignorant de Jacques Rancière :

Tout est dans tout, dit le fou.

Ce livre raconte l’histoire de Joseph Jacotot, professeur de français émigré aux Pays-Bas, qui découvre qu’en laissant ses élèves bataves apprendre la langue de Molière de manière autonome dans un ouvrage bilingue, on stimule l’intelligence de chacun. C’est un réquisitoire contre la dialectique du maître et de l’élève, une plaidoirie pour reconnaître la sensibilité individuelle. Et bien sûr, la culture (la vraie, celle de Candide, pas celle du Ministère) est toujours affaire d’art; « il s’agit de plus que de papiers dans une B.U » :

Quelque part dans la transparence des arts / L’opiacé de la beauté ne se traduit qu’au fond des âmes / L’Eternel dans chaque détail demeure l’étincelle primordiale / Appelle-la Dieu, Nature ou Néant, la dialectique est peu cordiale. (« Ogni giorno è la scuola », Lucio Bukowski)

Lucio Bukowski a quelque chose de Des Esseintes, ce personnage d’esthète fin-de-siècle qu’on trouve dans A Rebours de Huysmans. Mélancolique « décadent » reclus dans une bibliothèque-sanctuaire, tapissée de précieux volumes et de dessins d’Odilon Redon.

Lucio Bukowski Oderunt Poetas clip Ogni giorno è la scuola bibliothèque

Le rappeur-poète contemple, lui, les œuvres de son complice Yoann Merienne.

Lucio Bukowski Oderunt Poetas clip Ogni giorno è la scuola peintures

On aperçoit, posé sur Le Maître ignorant,  Les Amours Jaunes de Tristan Corbière, unique recueil de celui qui incarne la figure du « poète maudit », en marge de son époque, mort à 29 ans sans aucune reconnaissance. Au cas on l’on n’aurait pas compris, un crâne nous fait un clin d’œil en guise de memento mori :

Apprendre, c’est se dissoudre. (« Ogni giorno è la scuola », Lucio Bukowski)

Lucio Bukowski Oderunt Poetas clip Ogni giorno è la scuola

Et puis, « le café fume, formant quelque chose dans la veine de Monet ». Décidément, Oster Lapwass et Lucio ont le sens de la composition. Vous pouvez suivre Lucio Bukowski sur Facebook et sur Twitter. L’album Oderunt Poetas sort le 3 juin !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :