La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Flaubert parle de La Fontaine

On continue notre série d’hommages de grands et de moins grands auteurs à La Fontaine avec cette petite remarque de Flaubert, repérée par notre ami Dimitri au cours d’une lecture de ses Correspondances (que nous avions vues mises en scène au Théâtre de l’Atelier) :

En fait de vers français, il n’y en a qu’un comme facture. C’est La Fontaine. Hugo vient après, tout grand poète qu’il est, et, comme prose, il faudrait pouvoir faire un mélange de Rabelais et de La Bruyère.

Gustave Flaubert à Louise Colet, 17 janvier 1852, Correspondances de Flaubert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 mars 2015 par dans Littérature, Mot du jour, et est taguée , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :