La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

« Le démon de midi » d’Anne-Marie Carrière

Anne-Marie Carrière Le Démon de midi l'homme de cinquante ansTexte comique en vers d’Anne-Marie Carrière (la vidéo du sketch est en-dessous), qui peut faire son petit effet en audition. 

Assez souvent on m’a demandé mon avis / Pour savoir à quel âge de leur terrible vie / Je trouve que les hommes sont les plus séduisants./ Et j’ai toujours répondu : mais, vers les cinquante ans. / Tout homme est un démon que son dévergondage / Fit un jour éjecter certes du paradis / Mais de tous ces démons, de tout temps, de tous âges / Mon démon préféré c’est le démon de midi. / Je ne veux pas, par-là, nier que le jeune homme / Possède la fraîcheur, le goût du jus de pomme, / Mais petit à petit en prenant des années / Ce jus devient alcool que l’on a raffiné. / Et c’est vers cinquante ans que l’alcool en question / Se trouve être fin près à la consommation. / A ce moment précis il a cette saveur, / Ce goût du vieux tonneau qui plaît aux connaisseurs. / Aux maintes occasions on est toutes ébaubies / Devant l’effort superbe du démon de midi. / Tenez, vous avez vu chaque été sur les plages / Ces jeunes gens qui sont dans la fleur de leur âge / Ils jouent au volley-ball, ils sautent ils sont agiles. / Or sauter à vingt ans ça n’est pas difficile, / Mais voilà tout à coup que le père de l’un d’eux, / Un homme de cinquante ans, veut rentrer dans le jeu. / Ce démon de midi, lui, il est formidable ! / Il démontre aux blancs-becs ce dont il est capable. / A l’avant, à l’arrière il donne de la voix, / Quand le ballon surgit il crie : laissez-le moi ! / On le sent contracté, mais ça, c’est parce qu’il rentre / Ce qui dépasse de son estomac, ou de son ventre. / A cet âge le champion fait souvent double effort / Le ventre il se le rentre et le ballon il sort. / Il donne au spectateur en montant au filet / L’image du taureau qui ne veut pas dételer. / Bien sûr ça ne dure pas. Très vite il se relâche, / Les muscles du taureau lui font un tour de vache. / Son jeu devient poussif et son souffle oppressé, / Quelqu’un crie : vient papa il est midi passé ! / Mais cette défaillance n’est pas assez sévère / Pour forcer le démon de midi à se taire. / En d’autres occasions il va se déchaîner / S’il invite, par exemple, une dame à déjeuner. / Car, lorsqu’il a vingt ans, l’homme est de ces ringards / Qui vous emmènent bouffer en vitesse au snack bar / Quand vous mourrez de faim à en être malade / Sans même vous consulter il commande une grillade. / Mais l’homme de cinquante, quand il habite la France, / Ça il vous vole jamais sur la question bouffetance. / C’est l’âge où, tout à coup, il dit à sa compagne / Qu’avec certains menus il faut boire du champagne. / Il vous commande des plats avec des tas d’épices / Quand il y a de la volaille il vous propose la cuisse / Et s’il y a des radis comme il a de la jujotte / Il ne vous propose pas nécessairement la botte / (Enfin, pas tout de suite en tout cas). / Enfin quoi, il sait vivre, son ventre est rebondi ! / Mais quel coup de fourchette, ce démon de midi ! / Bien sûr, quand on arrive aux crèmes pâtissières, / On sent que quelquefois son foie fait des colères. / Le teint devient plus rouge et le geste plus lent, / Le pauvre gros chéri est un peu somnolent. / Mais ça ne dure pas. Un coup de bicarbonate / Revoilà le démon de midi sur ses pattes. / Même si le repas fut vraiment indigeste, / Il est toujours fin prêt pour affronter la sieste. / (Comment le reste ? on a vécu hein) / C’est bien le genre d’occasions / Où la différence d’âge rentre en compétition. / Moi, vous savez, je suis un monceau d’innocence, / Mais quelques oreillers m’ont fait des confidences / Et, d’après ce qu’ils disent, il paraît qu’à vingt ans / L’homme se croit toujours aux vingt-quatre heures du Mans. / Il est fou de vitesse et, de toute évidence, / Il veut surtout gagner l’indice de performance. / Mais l’homme de cinquante ans apprécie la nature, / Il prend son temps, même pour enlever ses chaussures. / Enlever ses chaussures, c’est d’ailleurs quelquefois / Pour un homme de son âge les coulisses de l’exploit. / Et l’exploit, par lui-même, est à fortiori / Le fruit de l’expérience du démon de midi. / Car, pour de son moteur tirer le bénéfice, / Il s’arrête quand il faut à la station service. / Femmes qui m’écoutez, soyez donc raisonnables / Si vous avez en main ce modèle admirable, / L’homme d’un certain âge, superbe dans l’effort, / Ménagez-le, surtout, sinon vous auriez tort, / Ne l’accablez jamais de passions trop avides : / Tant va la cruche à l’eau qu’a la fin elle se vide. / Souvenez-vous toujours que lorsque midi sonne, / Il est midi passé et il n’y a peut-être plus personne. / Sitôt qu’un homme est mûr, entourez-le d’égards, / Car le meilleur démon, c’est à midi moins le quart.

« Le démon de midi » (L’Homme de cinquante ans), Anne-Marie Carrière. Voir notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition ou pour le plaisir)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 25 mars 2017 par dans Audition / Casting, Théâtre, et est taguée , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :