La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

W ou le souvenir d’enfance de Georges Pérec

Georges Pérec

Si vous cherchez à écrire une pièce de théâtre, voilà un passage de W ou le souvenir d’enfance qui pourrait bien vous servir de prologue. J’ai volontairement laissé des points de suspension à la fin de l’extrait pour vous donner l’envie de remplir les trous, en plongeant dans votre mémoire à vous. Nous avons tous au moins une madeleine de Proust ! Pour commencer, une chaise vous suffira. Mais on peut aussi imaginer que le monologue se déroulera sur le divan d’un psychanalyste. Peut-être que ce thérapeute voudra prendre la parole, qui sait ? Peut-être même que l’évocation du passé donnera vie à d’autres situations et à d’autres personnages sur scène… Enfin, vous voyez que c’est un bon point de départ !

Je ne sais où se sont brisés les fils qui me rattachent à mon enfance. Comme tout le monde, ou presque, j’ai eu un père et une mère, un pot, un lit-cage, un hochet, et plus tard une bicyclette que, paraît-il, je n’enfourchais jamais sans pousser des hurlements de terreur à la seule idée qu’on allait vouloir relever ou même enlever les deux petites roues adjacentes qui m’assuraient ma stabilité. Comme tout le monde, j’ai tout oublié de mes premières années d’existence.

Mon enfance fait partie de ces choses dont je sais que je ne sais pas grand-chose. Elle est derrière moi, pourtant, elle est le sol sur lequel j’ai grandi, elle m’a appartenu, quelle que soit ma ténacité à affirmer qu’elle ne m’appartient plus. J’ai longtemps cherché à détourner ou à masquer ces évidences, m’enfermant dans le statut inoffensif de l’orphelin, de l’inengendré, du fils de personne. Mais l’enfance n’est ni nostalgie, ni terreur, ni paradis perdu, ni Toison d’or, mais peut-être horizon, point de départ, coordonnées à partir desquelles les axes de ma vie pourront trouver leur sens. Même si je n’ai pour étayer mes souvenirs improbables que le secours de photos jaunies, de témoignages rares et de documents dérisoires, je n’ai pas d’autre choix que d’évoquer ce que trop longtemps j’ai nommé l’irrévocable ; ce qui fut, ce qui s’arrêta, ce qui fut clôturé : ce qui fut, sans doute, pour aujourd’hui ne plus être, mais ce qui fut aussi pour que je sois encore.

*

Mes deux premiers souvenirs ne sont pas entièrement invraisemblables, même s’il est évident que les nombreuses variantes et pseudo-précisions que j’ai introduites dans les relations que j’en ai faites les ont profondément altérés, sinon complètement dénaturés.

Le premier souvenir…

Extrait de W ou le souvenir d’enfance de Georges Pérec (1975). N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez acheter le livre sur ce lien : W ou le souvenir d’enfance – Georges Pérec

Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

Un commentaire sur “W ou le souvenir d’enfance de Georges Pérec

  1. Pingback: Notre liste de textes en solo pour une audition de théâtre ou de cinéma | La Compagnie Affable

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 15 février 2018 par dans Littérature, Monologue, Théâtre, et est taguée , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :