La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

Monologue de La Femme rompue – Simone de Beauvoir

Josiane Balasko La femme rompue Hélène Fillières Théâtre des Bouffes du Nord

Josiane Balasko dans la mise en scène d’Hélène Fillières au Théâtre des Bouffes du Nord (2017).

« Monologue » est une des trois nouvelles qui compose La Femme rompue. Dans un long texte sans virgules, Simone de Beauvoir fait éclater la rage d’une femme contre une vie pleine de déceptions et contre la société dans son ensemble. 

Peut-être que je devrais me fourrer mes trucs dans le cul et me coucher. Mais je suis encore trop vivace je m’agiterais dans le lit. Si je l’avais eu au téléphone si on s’était parlé gentiment je me serais calmée. Il s’en branle. Je suis là ravagée par des souvenirs déchirants je l’appelle et il ne répond pas. Ne pas l’engueuler ne pas commencer par l’engueuler ça ferait tout foirer. J’ai peur de demain. Je devrai être prête avant quatre heures je n’aurai pas fermé l’oeil je descendrai acheter des petits fours que Francis écrasera sur la moquette il cassera un de mes bibelots il n’est pas dressé cet enfant et maladroit comme son père qui foutra de la cendre partout et si je fais une observation Tristan m’incendiera il n’a jamais pu admettre c’est tout de même gigantesque que je tienne proprement ma maison. Il est impeccable en ce moment ce salon net lustré brillant comme la lune d’autrefois. Demain soir à sept heures tout sera salopé je devrai me taper un grand nettoyage lessivée comme je le serai. Ça me lessivera de tout lui réexpliquer de a à z. Il est coriace. Quelle cloche j’ai été de lâcher Florent pour lui ! On s’entendait Florent et moi il casquait je m’allongeais c’était plus propre que les histoires où se raconte des histoire. Je suis trop sentimentale ça me semblait une grande preuve d’amour qu’il m’offre le mariage et il y avait Sylvie la petite ingrate je voulais qu’elle ait un vrai foyer et une mère irréprochable une femme mariée la femme d’un banquier. Moi ça me cassait le cul de jouer à la dame de fréquenter des emmerdeurs. Pas étonnant si de temps en temps j’explosais « Tu t’y prends mal avec Tristan » me disait Dédé. Et plus tard : « Je te l’avais bien dit ! » C’est vrai que je suis entière je rue dans les brancards je ne calcule pas. Peut-être j’aurais appris à composer sans toutes ces frustrations. Tristan me faisait chier je le lui ai montré. Les gens n’acceptent pas qu’on leur dise leurs vérités. Ils veulent qu’on croie leurs belles paroles ou du moins qu’on fasse semblant. Moi je suis lucide je suis franche j’arrache les masques. « On l’aime bien son petit frère ? » Et moi d’une petite voix posée : « Je le déteste. » Je suis restée cette petite bonne femme qui dit ce qu’elle pense qui ne triche pas. Ça me faisait mal aux seins de l’entendre pontifier et tous ces cons à genoux devant lui. Je m’amenais avec mes gros sabots leurs grands mots je les leur dégonflais : le progrès la prospérité l’avenir de l’homme le bonheur de l’humanité l’aide aux pays sous-développés la paix dans le monde. Je ne suis pas raciste mais je m’en branle des Bicots des Juifs des Nègres juste comme je m’en branle des Chinetoques des Russes des Amerloques des Français. Je m’en branle de l’humanité qu’est-ce qu’elle a fait pour moi je me le demande. S’ils sont assez cons pour s’égorger se bombarder se napalmiser s’exterminer je n’userai pas mes yeux à pleurer. Un million d’enfants massacrés et après ? Les enfants ce n’est jamais que de la graine de salauds ça désencombre un peu la planète ils reconnaissent qu’elle est surpeuplée alors quoi ? Si j’étais la terre ça me dégoûterait toute cette vermine sur mon dos je la secouerais. Je veux bien crever s’ils crèvent tous. Des gosses qui ne me sont rien je ne vais pas m’attendrir sur eux. Ma fille à moi est morte et on m’a volé mon fils.

Monologue féminin extrait de La femme rompue de Simone de Beauvoir (1962). N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez acheter le livre sur ce lien : La femme rompue – Simone de Beauvoir

Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

 

Un commentaire sur “Monologue de La Femme rompue – Simone de Beauvoir

  1. Pingback: Notre liste de textes en solo pour une audition de théâtre ou de cinéma | La Compagnie Affable

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 février 2018 par dans Audition / Casting, Cours de théâtre, Littérature, Monologue, Théâtre, et est taguée , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :