La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

Lusting After Pipino’s Wife : Lorraine monologue chez le psy

Phoebe Waller-Bridge FleabagLorraine est une jeune femme perturbée. Elle a du mal à nouer de vraies relations avec les gens, et, spécialement, avec les hommes. Lorraine en fait ici la démonstration chez son psy… (Une traduction en français suit le texte original en anglais.)

Version originale

LORRAINE: I’m just so…I’m just so…So what? Could you help me here? I’m just so what? Obviously I’m having a little difficulty filling in the blanks—completing the thought process. So you’re the doctor. What the fuck am I trying to say? I mean, you’re a doctor, aren’t you? Do you have a degree? Do you have an answer? Ok, look… I believe all the answers are out there for me. The problem is… The problem has been, that I’ve failed to recognize them. I’m sure they’ve all but slapped me in the mouth—And I just don’t see it. Do you know what I’m saying? It’s one thing not to have any idea what I’m looking for—It’s another to realize I’m looking for something, to possibly know what it is, to feel it’s there…Right there…And yet…And yet, what? (She sits up) What are you, a fuckin’ mute? What’s the point of all this—To see how many stupid things you can get me to say? You know I’m not making any sense, I know I’m not making any sense, we’ll both seemingly never find out, if you have any sense at all…One more thing—I’ve been meaning to say this for several weeks now…There’s a severe odor emanating from your side of the room. It’s probably affecting my thought process. Some individuals are highly sensitized to smell. This sort of problem has not received enough publicity in the medical journals…A doctor who stinks, someone who has a death-like stench about him, can bring on some form of mental incapacity in a patient…Sometimes without the patient’s knowledge. This is absolutely true. On one hand, please don’t take it personnally. And on the other hand, you must do something to rectify the problem. No, no…Cracking the window will not solve the problem here. I’m talking about my fuckin’ sanity. Do you understand! You must take a shower! You must clean yourself carefully! You are dealing with a human being here. I am not cattle… (Pause) Yes…Okay… (She stands up) See you next week.

Version française

LORRAINE : Je suis vraiment… Je suis vraiment… Vraiment quoi ? Vous pourriez m’aider un peu ? Je suis vraiment quoi ? J’ai visiblement du mal à finir ma phrase, à aller au bout de mon processus d’idéation… C’est vous le docteur ici…. Alors, qu’est-ce que j’essaie de dire, putain ? Vous êtes bien docteur ? Vous avez un diplôme ? Vous devez avoir la réponse, non… ? Parce qu’elles sont à ma portée, toutes ces réponses. Le problème, c’est que… Le problème, c’est que je n’arrive pas à les identifier. Elles me sautent à la tronche en permanence, mais je n’arrive pas à les voir. Vous voyez ce que je veux dire ? Ce n’est pas comme si j’ignorais absolument ce que je cherchais, au contraire ! Je sais très bien que je cherche quelque chose, quelque chose que je connais, et qui est là, sous mon nez… Juste sous mon nez… Et pourtant… Et pourtant, quoi ? (Elle se redresse dans son fauteuil.) Merde ! Vous êtes muet ou quoi ? À quoi on joue, là ? Vous me faites dire un maximum de conneries, c’est ça ? Je sais bien que tout ça ne veut rien dire, vous le savez aussi, mais, apparemment, nous n’arriverons ni l’un ni l’autre à trouver une réponse. D’ailleurs, votre silence ne veut sûrement rien dire non plus… Tiens, tant qu’on y est !… Ça fait quelques semaines déjà que je voulais vous le signaler… Mais il y a une odeur très désagréable qui émane de votre côté de la pièce… Et ça interfère probablement avec mon processus d’idéation… Certaines personnes sont très sensibles aux odeurs, vous savez… C’est une affection dont on parle trop peu dans les revues médicales… Or, il suffit d’un médecin qui pue, d’une personne entourée d’un nuage pestilentiel, pour troubler les capacités cognitives du patient… Et cela, sans  même que le patient s’en aperçoive… C’est la pure vérité… Surtout, ne le prenez pas pour vous… Mais faites quelque chose pour remédier au problème… Non, non… Ça ne sert à rien d’ouvrir la fenêtre… Putain, je vous parle de ma santé mentale ! C’est si difficile à comprendre ? Il faut prendre une douche ! Faire attention à votre hygiène ! Je suis un être humain, merde ! Pas une bête de foire ! (Pause.) Oui… Très bien… (Elle se lève.) À la semaine prochaine.

Scène comique tirée de Lusting After Pipino’s Wife, Sam Henry Kass. Traduction de Valentin Martinie. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète.

→ Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :