La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

The Edukators d’Hans Weingartner : Jan et Jule discutent révolution

The Edukators Hans Weingartner film Daniel Bruhl Julie Jentsch

Courte scène tirée du film allemand The Edukators (Die Fetten Jahre sind vorbei, en VO, qui veut dire « Vos jours d’abondance sont comptés »). Jan et Jule sont deux jeunes anti-capitalistes. Ils discutent sur le toit d’un immeuble. Jule vient de raconter à Jan comment elle a failli être virée en défendant un collègue.

JULE : Je te jure… Il faut tout le temps que je l’ouvre…

JAN : Pourquoi ? C’est très bien d’avoir défendu ton collègue.

JULE : Bien sûr… mais j’ai besoin de ce boulot, tu comprends…

JAN : Non, je comprends pas. Tu participes à toutes ces manifs, contre l’exploitation, l’oppression… et tu restes l’esclave de ce connard de riche.

JULE : Ouais… Toutes ces manifs ne servent à rien…

JAN : Je sais… C’est difficile de se rebeller de nos jours… Avant, il suffisait de se laisser pousser les cheveux et de fumer des pétards. L’establishment se retournait tout de suite contre toi. Et ce qui était considéré comme subversif à l’époque, on le trouve aujourd’hui dans les magasins : les t-shirts à l’effigie du Che, les auto-collants anarchistes…

JULE : C’est pour ça que les jeunes ne font plus la révolution… On a l’impression que tout a déjà été tenté… Tous les autres ont essayé, et puis ils ont échoué. Alors pourquoi nous on y arriverait… ?

JAN : Oui, mais, ce qu’il faut garder en tête, c’est qu’il y a une victoire dans chaque révolution. Qu’elle réussisse ou pas, l’important c’est que nos idéaux survivent. C’est la même chose pour les révoltes personnelles. Du moment qu’on en retire quelque chose de bon, et que ces belles idées survivent en nous, on en sort plus fort.

Elle acquiesce. Elle se penche au-dessus de la ville. 

JULE : Dis-moi… Tu crois qu’il y a combien de personnes qui sont en train de penser à la révolution ?

JAN : A cette heure-ci, pas grand monde… Il est 22:45 et ils sont tous devant la télévision.

JULE : Tu dois avoir raison…

JAN : Les Européens passent quatre heures par jour devant leur petit écran… Quatre heures !

JULE : C’est affreux…

JAN : Ca ne laisse pas beaucoup de temps pour les idées révolutionnaires.

JULE : Tu sais… Je sais déjà que j’ai pas envie de vivre dans ce monde-là ; c’est pas ça le problème… Le problème, c’est que je n’ai pas encore trouvé ma vision du monde, un monde auquel je voudrais croire à fond… (Elle lui sourit.) T’aurais pas quelques idées pour moi ?

JAN : Allez, viens.

Dialogue pour un jeune homme et une jeune femme extrait du film The Edukators d’Hans Weingartner (2004). La traduction en français a été effectuée par nos soins. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez louer/acheter le film sur ce lien : The Edukators – Hans Weingartner 

Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28 novembre 2017 par dans Cinéma / Séries, Dialogues, Scènes de travail, et est taguée , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :