La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

« Déplacement » de Valentin Martinie

Ronce-Rose Jean-Louis Baille Compagnie Les Indiscrets Eric Chevillard Photo Ernesto Timor

Jean-Louis Baille dans une adaptation de Ronce-Rose d’Eric Chevillard signée par la Compagnie des Indiscrets (Photo : Ernesto Timor)

Voici un monologue faussement naïf, portant sur notre perception nébuleuse du langage, la tendance jargonnante d’une époque en forme de raccourci, et les tentatives de l’imaginaire projeté dans les espaces du non-dit. Après cette introduction pompeuse, qui rappelle les pires plaquettes explicatives du Palais de Tokyo, vous n’êtes normalement pas plus avancés… Sachez toutefois que ce texte est conçu pour être joué par un enfant, ou bien par un adulte (cf. la photo ci-dessus), devant un public d’enfants et d’adultes.

La petite Cécile est assise sur une chaise trop grande pour elle. Elle balance ses pieds d’avant en arrière.

CÉCILE. — Papa est fâché… Il est fâché depuis qu’il est revenu de l’aéroport avec Maman… Elle était en déplacement, Maman… Au début, j’étais un peu inquiète… Parce que je connaissais pas ce mot, moi… Bah oui, c’est compliqué leur langage… Ils parlent pas comme les enfants… Des fois, ils font exprès de parler anglais entre eux : « C’était comment ton miting », ils disent… ou, « t’as du fidbak »… ou, j’sais-plus-trop-quoi… Et je sais bien que c’est pour m’empêcher de comprendre… Du coup, quand Maman a dit : « Chéri, la semaine prochaine, j’ai un déplacement », j’ai eu très peur… J’ai cru qu’on allait lui déplacer quelque chose, moi !… Comme la mère d’Angèle !… Parce que la mère d’Angèle, un jour, on lui a dit qu’elle avait la bouche pleine de dents… C’est Angèle qui me l’a répété… Et on l’a mise à l’hôpital, pour faire de la place… Sauf que l’hôpital, c’est pas drôle, hein… L’année dernière, la maman de Papa, elle est morte là-bas… À cause de sa vieillesse… C’est pour ça que j’ai dit à Papa : « Je veux pas qu’on déplace Maman à l’hôpital ! » Mais lui, il a rigolé, et il m’a expliqué qu’elle allait pas à l’hôpital, Maman… Et que les déplacements, ça voulait juste dire qu’on prenait le train ou l’avion, pour travailler dans un autre bureau, et que c’était comme une aventure, en fait… « Ah mais c’est très bien ça, les aventures ! », je lui ai dit à Papa… « Surtout à votre âge ! »… Oui, parce qu’ils m’ont eue tard, mes parents… Enfin, surtout Papa… Il avait quarante-deux ans quand je suis née, Papa… Et Maman… elle avait… (Elle compte à rebours sur ses doigts, de quarante-deux à vingt-deux.) vingt-deux… oui, vingt-deux ans ! Elle avait vingt-deux ans, Maman ! Je compte en arrière, parce que j’arrive jamais à retenir pour Maman… Mais je sais qu’ils ont vingt ans d’écart… En tout cas, elle est trop jeune pour mourir comme Mamie, Maman… Même Papa, il est trop jeune pour mourir comme Mamie… J’ai remarqué que c’est surtout les grands-parents qui meurent. C’est pour ça que c’est mieux d’être jeune… (Après une pause.) Mais, il faut pas être trop jeune, quand même… parce que sinon les parents ils en profitent… Vous savez comment je m’appelle, moi… ? Cécile… Avec un E à la fin, mais attention ! C’est Cécile tout court, pas Cécileeeuuuh… Enfin je m’appelle comme ça, parce que Maman elle lisait un livre avec une autre Cécile dedans… Et ben, vous savez quoi… ? Ils veulent pas me raconter l’histoire de Cécile !… Ils disent que je suis trop petite encore… et gnagnagni et gnagnagna… Moi, je leur dis : « C’est pas la peine de me donner un nom d’adulte alors, si je suis trop petite pour l’avoir !… » Mais, eux, ils continuent à chaque fois : « Tu comprendras plus tard… ». Sauf que c’est pas juste, ça… Parce que je leur raconte l’école, moi ! Tous les jours ! Et je leur fais pas des secrets !… Moi aussi je pourrais leur dire : « Ben aujourd’hui, on a fait du fidbak »… et blablabli et blablablou… Sauf que je suis pas une cacheuse, moi !… Alors, il faudrait arrêter de se moquer de ma tête, maintenant… De me dire seulement des choses que je sais déjà… Comme si j’étais bête… Oui, ils croient que je suis bête !… Vous savez ce qu’elle me dit, Maman, quand je lui demande pourquoi Papa est fâché… ? « J’étais en  déplacement. »… Oh, merci, madame ! Comme c’est gentil ! Merci beaucoup !… Et Papa, vous savez ce qu’il me dit, quand je lui demande pourquoi il est fâché… ? « Ta mère a eu une aventure… » (Elle soupire longuement.) Pfff… C’est décourageant… Y’a pas de dialogue dans cette famille…

« Déplacement » de Valentin Martinie, 2020. (Le texte est libre d’accès, mais je serais ravi de connaître votre avis d’enseignant et les impressions de vos élèves !)

→ Voir aussi notre liste de Petites pièces de théâtre à jouer en classe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 avril 2020 par dans enfants, Monologue, Théâtre, et est taguée , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :