La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

Un 32 août sur Terre : Simone demande à son meilleur ami de lui faire un enfant

Après un accident de voiture, Simone, 26 ans, remet sa vie en question. Elle démissionne et demande à son meilleur ami de lui faire un enfant…

PHILIPPE. — Quand est-ce que tu pars ?

SIMONE. — Je repars pas. 

PHILIPPE. — Ton plan est annulé ?

SIMONE. — Non non, mais… Ils m’attendent là-bas, j’ai décidé que… c’était fini. 

PHILIPPE. — Fini ? Ah ouais, OK ! C’est fini jusqu’à mardi, non, disons,  vendredi prochain… c’est fini pour la vie jusqu’à vendredi, c’est ça ?

SIMONE. — Non non non non. Là, c’est pas du bluff, Philippe, j’arrête tout ça, je laisse tout ça là… plus de photos, plus de vidéos, plus de cinéma…

PHILIPPE. — Aïe aïe aïe, je connais un petit égo qui va faire une grosse dépression…

SIMONE. — Hé, t’es bien baveux le matin, toi, Philippe Desfins.  

PHILIPPE. — T’es belle, toi, Simone Prévot. (Un instant.) Et puis… qu’est-ce que tu vas faire ?

SIMONE. — Rien. 

PHILIPPE. — Rien ?

SIMONE. — Bah c’est pas facile de rien faire. T’as déjà essayé ça, toi ?

PHILIPPE. — Mmh…

SIMONE. — Toi, qu’est-ce que tu fais ce matin ?

PHILIPPE. — Et toi ?

SIMONE. — Bah rien. (Un instant.) Est-ce que t’as envie de rien faire avec moi ?

PHILIPPE. — Oui, et qu’est-ce que tu comptes rien faire exactement ?

[…]

SIMONE. — J’aurais un… un service à te demander, Philippe…

PHILIPPE. — Sure. 

SIMONE. — Tu te souviens, une fois, on s’était promis une chose toi et moi ?

PHILIPPE. — Ben quoi ? On s’est promis pas mal d’affaires !…

SIMONE. — Si… si à trente ans, ni toi ni moi, on n’avait trouvé personne, ni l’un ni l’autre, chacun de notre bord, pour faire un enfant, que… qu’on en ferait un ensemble… tu te souviens de ça ?

PHILIPPE. — Ben, c’est quelque chose…

SIMONE. — Ben, est-ce que tu voudrais me faire un enfant, Philippe, s’il te plaît ? (Philippe ne dit rien.) Philippe…?

PHILIPPE. — Ecoute le deal, c’est quand on a trente ans, et toi il te reste quatre ans, et puis… moi, j’ai trouvé une vraie Juliette…

SIMONE. — Je comprends. 

PHILIPPE. — Pourquoi tu demandes… pourquoi comme ça, là, tu parles de ça, là, bang! sh..bang!

SIMONE. — Parce que. 

PHILIPPE. — Simone, Simone, Simone…

SIMONE. — Ecoute, Philippe, justement, je te demande ça à toi, parce que je t’aime, parce que t’es mon meilleur ami… mais, une promesse, ça engage à rien, hein… je veux dire, si tu veux pas je peux pas t’obliger… correct… je trouverai quelqu’un d’autre.

PHILIPPE. — Je peux pas faire l’amour avec toi, là… c’est compliqué…

SIMONE. — Non mais je te parle pas de faire l’amour, là, je te parle de faire un enfant. C’est pas pareil, ça. Ecoute… on peut faire l’amour dans le noir, on ferme les yeux, tu t’imagines que je suis Juliette, et puis tout le monde est content.

PHILIPPE. — Tu vois, tu dis encore « faire l’amour »!…

SIMONE. — Non je te parle techniquement, idiot ! De toute façon, t’as baisé avec la moitié de tes amies, toi ! Big deal !

PHILIPPE. — Justement… c’est compliqué, ça… Ecoute, Simone, je m’amusais à expliquer le monde à moi-même. Imagine l’expliquer à quelqu’un d’autre ! Je peux pas… je peux pas avoir d’enfant, là !…

SIMONE. — Non, Philippe. J’ai pas dit que toi t’aurais un enfant. J’ai dit que moi j’aurai un enfant. Je veux l’élever toute seule… Je vais aller vivre chez Claudine dans l’Ouest, c’est super beau… tu vas pouvoir venir le voir quand tu veux, si tu veux, si ça te tente…

PHILIPPE. — J’en sais rien…

SIMONE. — Philippe, c’est super raisonnable. Tu me connais, je suis pas capable de rester avec un gars plus que trois mois… Ca me sert à quoi de me matcher en amour avec un con que je vais voir ses épaules le reste de mes jours ? Au moins, avec toi, je suis sûre de ma chose ! (Philippe réfléchit.) Big deal! Je te demande pas la lune, là…

PHILIPPE. — Ah ouais ? Et puis ton job ? Tes vendeuses de parfum, elles vont pas tripper fort fort sur l’idée que t’as une bedaine… en forme de paquebot, tu sais… Tu vas enfler de partout, je sais pas, tu vas être grosse… Ecoute, Simone, je… je peux pas faire l’amour avec toi… t’es pas une fille pour moi… t’es comme un gars… je veux dire t’es comme mon ami, t’es comme… t’es pas une fille…

SIMONE. — Je vais te prouver assez vite que je suis une fille, moi, tu vas voir…

PHILIPPE. — C’est vraiment dur d’être ton meilleur ami, Simone Prévot…

SIMONE, sourit en silence. — Je savais que tu dirais oui…

PHILIPPE. — J’ai dit oui, moi ??

SIMONE. — Ben oui, t’as dit oui. 

PHILIPPE. — Et tu… veux faire ça quand ?

SIMONE, elle avance d’un pas décidé. — Là, là. 

PHILIPPE. — Là, là ? 

Simone est déjà devant la porte de son appartement. 

PHILIPPE. — C’est absurde…

SIMONE. — Philippe, si je fais pas d’enfant, je peux mourir n’importe quand. (Elle ouvre la porte.) On n’est pas éternels éternellement. 

Elle entre, et Philippe la suit. 

Dialogue pour un homme et une femme, extrait du film Un 32 août sur Terre réalisé par Denis Villeneuve. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. En ce moment, vous pouvez regarder le film sur Mubi (30 jours d’essai gratuit) en cliquant sur ce lien.

→ Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 janvier 2021 par dans Cinéma / Séries, Dialogues, Scènes (Dialogues), Théâtre, et est taguée , , , , , , , .
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :