La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Bajazet de Racine : le monologue de Roxane

Bajazet Racine RoxaneVoici un monologue classique pour femme tiré d’une tragédie moins connue de Racine.  Roxane est la favorite du sultan Amurat, mais elle aime le frère de celui-ci, Bajazet. Elle veut épouser Bajazet et détrôner Amurat. Mais Bajazet est secrètement amoureux d’Atalide et feint de répondre aux avances de Roxane. Quand la jeune femme apprend qu’elle a été trompée, elle résolut de se venger…

ROXANE, seule. 

Ma rivale à mes yeux s’est enfin déclarée.
Voila sur quelle foi je m’étais assurée.
Depuis six mois entiers j’ai cru que nuit et jour
Ardente elle veillait au soin de mon amour.
Et c’est moi qui du sien ministre trop fidèle
Semble depuis six mois ne veiller que pour elle,
Qui me suis appliquée à chercher les moyens
De lui faciliter tant d’heureux entretiens,
Et qui même souvent prévenant son envie
Ai hâté les moments les plus doux de sa vie.
Ce n’est pas tout. Il faut maintenant m’éclaircir,
Si dans sa perfidie elle a su réussir.
Il faut… Mais que pourrais-je apprendre davantage ?
Mon malheur n’est-il pas écrit sur son visage ?
Vois-je pas au travers de son saisissement,
Un cœur dans ses douleurs content de son amant ?
Exempte des soupçons dont je suis tourmentée,
Ce n’est que pour ses jours qu’elle est épouvantée.
N’importe. Poursuivons. Elle peut comme moi
Sur des gages trompeurs s’assurer de sa foi.
Pour le faire expliquer tendons-lui quelque piège.
Mais quel indigne emploi moi-même m’imposé-je ?
Quoi donc ! À me gêner appliquant mes esprits
J’irai faire a mes yeux éclater ses mépris ?
Lui-même il peut prévoir et tromper mon adresse.
D’ailleurs l’ordre, l’esclave, et le vizir me presse.
Il faut prendre parti, l’on m’attend. Faisons mieux.
Sur tout ce que j’ai vu fermons plutôt les yeux.
Laissons de leur amour la recherche importune.
Poussons à bout l’ingrat, et tentons la fortune.
Voyons, si par mes soins sur le trône élevé,
Il osera trahir l’amour qui l’a sauvé.
Et si de mes bienfaits lâchement libérale
Sa main en osera couronner ma rivale.
Je saurai bien toujours retrouver le moment
De punir, s’il le faut, la rivale, et l’amant.
Dans ma juste fureur observant le perfide
Je saurai le surprendre avec son Atalide.
Et d’un même poignard les unissant tous deux,
Les percer l’un et l’autre, et moi-même après eux.
Voilà, n’en doutons point, le parti qu’il faut prendre,
Je veux tout ignorer.

Bajazet de Racine, Acte IV, scène 4. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez trouver le livre sur ce lien : Bajazet

Voir notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition ou pour le plaisir)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 mars 2017 par dans Audition / Casting, Théâtre, et est taguée , , , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :