La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Récits de femmes et autres histoires de Dario Fo et Franca Rame : « La Maman Bohème »

La Maman Bohême Dario Fo Franca Rame Récits de femmes et autres histoires

Ariane Ascaride (La Maman Bohème) dans une mise en scène de Didier Besace au Théâtre de la Commune en 2006 (Photo : Brigitte Enguerant)

« La Maman Bohême » est un texte extrait du recueil de courtes pièces Récits de femmes et autres histoires écrit par Dario Fo et Franca Rame (1987). C’est l’histoire d’une femme au foyer exemplaire, qui décide de rejoindre une communauté de hippies pour vivre sa vie pleinement. Son mari et son fils la forcent à revenir à la maison en dénonçant à la police un abandon du domicile conjugal. Elle se réfugie dans une église et se confie à un prêtre. Attention, il ne s’agit pas d’un monologue. Même s’il s’agit d’un soliloque sur le papier, les réactions du confesseur seront un appui utile pour le jeu de la comédienne.

Vous voulez que je vous dise mon père ? Ecoutez-moi bien parce que je ne veux pas de malentendu. J’ai compris une chose, moi : l’amour, c’est le désordre ! La vie, la liberté, l’imagination, c’est le désordre par rapport à l’ordre que vous voulez nous imposer, vous, mon père ! Faites l’amour pour l’amour, sans superstructures, fiançailles, dot : « Je te présente mes parents… » Faites l’amour pour l’amour, c’est magnifique !… Je vous le dis, c’est magnifique !… Essayez donc d’abord ! J’ai fait l’amour, mon père, avec un garçon dont je ne me rappelle même plus le nom… mais je me rappelle ses yeux, son nez, sa bouche et ses mots, je me rappelle ses mains et ce qu’il me disait quand nous faisions l’amour : « Mon Dieu ! Sainte Vierge ! Doux Jésus ! Comme je suis bien ! J’ai l’impression d’être au paradis ! » Et il n’était pas croyant !… Je suis perdue ? Si je vous disais, moi, que je me suis retrouvée. Libérée, et je me sens très bien comme ça ! Je n’ai aucune envie de revenir en arrière, dans ma famille. Je l’ai même dit à mon fils… Oui, il est venu me chercher, il m’a trouvée tout de suite, lui… Il était bien habillé, les cheveux coupés, une cravate. « Je suis rentré à la maison, maman ! J’en ai eu assez de cette vie déréglée. J’ai mis de l’ordre dans ma cervelle. Je ne fume plus. J’ai trouvé un travail… les manifs, je m’en fous… Papa a mis de l’ordre dans sa cervelle : il joue au tennis, il n’a plus de crises d’asthme, il a une copine, mais si tu reviens, il la quitte aussitôt. RENTRE A LA MAISON, MAMAN ! (Elle fait mine de vomir.) Je me suis sentie mal !… Oui, c’était comme un flash-back. je me suis revue à la maison, avec tous les soucis, les courses, les chemises à repasser, sans avoir jamais une minute à moi… Savez-vous, mon père, que si je voulais lire le journal, c’était au cabinet !! Les jours où j’étais constipée, je me passais des nouvelles ! « Non, mon fils, je n’en ai pas le courage… » – Mais tu n’as pas honte, tu traînes comme une clocharde !! – Oui, tu as raison, je ne vivrai plus en clocharde. Je trouverai du travail, pas trop lourd, un mi-temps qui m’assure de quoi manger et de quoi dormir. Le reste de mon temps, je veux le passer avec les gens, avec les femmes… leur donner ce que j’ai en moi, car je me sens pleine de choses merveilleuses… recevoir ce que les gens ont à me donner… leurs expériences… Je veux parler, rire, chanter… Je veux regarder le ciel… Tu sais, mon fils, que le ciel est bleu, et que je l’avais oublié ? Non, mon chéri, je ne rentrerai pas à la maison, même si vous envoyez la police me chercher… Bien sûr, mon fils et mon mari m’ont dénoncée pour abandon du domicile conjugal. Pensez donc, mon père, les policiers ont eu le front de me suivre jusque dans l’église… Comment, où ils sont ? Là, à côté de la sacristie, vous ne les voyez pas ? Que faites-vous, mon père ? Mon père, ne les appelez pas… Vous êtes fou ? Et le secret de la confession… (Elle court prendre son sac.) Vous ne pouvez pas me faire ça… taisez-vous !!…

(Elle se met à courir vers la sortie.)

« La Maman Bohème« , Récits de femmes et autres histoires, Dario Fo et Franca Rame, traduction de Valeria Tasca, Ed. Dramaturgie. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez trouver le livre sur ce lien :

Récits de femmes et autres histoires de Dario Fo et Franca Rame

Voir notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition ou pour le plaisir)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :