La Compagnie Affable

La Compagnie Affable partage les grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Chroniques 2 de Xavier Durringer : scène de rupture

Vahina Giocante Jean Dujardin 99 Francs Jan Kounen film

Vahina Giocante et Jean Dujardin dans le film 99 Francs réalisé par Jan Kounen

Scène de rupture pour un homme et une femme tirée du recueil de textes et de saynètes Chroniques 2. Quoi dire de plus du coq ? de notre contemporain Xavier Durringer. Un bon résumé de la peur de l’engagement…

ELLE.‑ Tu peux m’embrasser ?

LUI.‑ Ça sert à rien qu’on commence quelque chose comme ça… puis­qu’il faudra s’arrêter à un moment ou à un autre.

ELLE.‑ Je comprends pas…

LUI.‑ Tu comprends pas, je t’explique, un jour ou l’autre, l’un ou l’autre quittera l’autre pour recommencer la même chose avec quelqu’un d’autre et ainsi de suite, je suis désolé mais je préfère pas, j’aime pas ainsi de suite, j’aime pas me répéter, répéter à chaque fois la même chose avec quelqu’un de différent, avoir à raconter ma vie, te présenter à mes amis, tu vas me présenter les tiens, puis la famille, tu vas me présenter tes parents, je vais te présenter les miens et voilà, après on va s’apprivoiser, ça va prendre du temps pour se connaître un peu et voilà, une fois qu’on en sera arrivé là, qu’est‑ce qu’on va faire une fois qu’on se connaîtra vrai­ment, et qu’on aura fait le tour, on va essayer de reprendre chacun des îlots de tranquillité, on va s’engueuler un peu et de plus en plus fort jus­qu’à se manquer de respect, on va se dire va te faire foutre ou va te faire enculer, on va parler de sexe et de pognon, on sera déjà tellement loin qu’on saura pas comment faire pour revenir en arrière, tu vois ?

Un jour je vais te dire je t’aime et tu vas éclater de rire. Alors je préfère pas commencer quelque chose avec toi. Je suis désolé, je t’embrasse pas, c’est trop grave comme truc.

ELLE.‑ Non mais tu sais on peut s’embrasser juste comme ça, sans importance, juste parce qu’on en a envie sans penser plus loin que ça… Sans conséquences, quoi…

LUI.‑ Tu vois ça commence, on n’est pas d’accord, pour toi ça n’a pas d’importance, ça me rend triste… C’est genre comme ça quoi, on s’en fout, on fait ça comme ça… Ça n’a aucun sens alors, doublement clair, qu’il faut pas qu’on s’embrasse a posteriori…

ELLE.‑ A posteriori ?

LUI.‑ Oui, a posteriori.

ELLE.‑ Putain ce que t’es fatigant, pourquoi il faut toujours que je tombe sur des mecs compliqués ?

LUI.‑ Pose‑toi la question !

ELLE.‑ Je fais peur ou quoi ? Je te fais peur ? T’as peur de quoi ?

LUI.‑ J’ai pas peur, je suis pas prêt, c’est tout. C’est une question d’in­carnation.

ELLE.‑ Au revoir.

LUI.‑ Attends, attends un peu que je t’explique.

ELLE.‑ C’est pas la peine.

LUI.- Je me sens pas prêt de t’avoir dans la tête matin midi et soir, je suis pas prêt pour tout faire en fonction de toi, je suis pas prêt, c’est tout.

ELLE.‑ Et moi je suis pas prête de t’attendre, comme ça c’est bien, non ?

LUI.‑ Ben voilà.

ELLE.‑ C’est con, non ?

LUI.‑ Ouais c’est con, mais je peux pas faire autrement, je suis désolé.

ELLE.‑ Pas tant que moi.

Extrait de Chroniques 2. Quoi dire de plus du coq ?, Xavier Durringer. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez trouver le livre sur ce lien : 

Chroniques 2. Quoi dire de plus du coq ? – Xavier Durringer

Voir notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition ou pour le plaisir)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :