La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

Faut pas rater Van Gogh ! – André Roussin

Vincent Van GoghMonologue comique pour femme extrait de la pièce en un acte Faut pas rater Van Gogh du dramaturge André Roussin (1911-1987). 

Bien sûr, à me voir, comme ça, en premier abord en somme, on ne dit pas de moi : « C’est une intellectuelle. » Non. Et au fond, là-dessus, je suis d’accord, remarquez : je comprends très bien qu’en me voyant on ne pense pas tout de suite à Simone de Beauvoir ou à Françoise Giroud, une de ces femmes qui ont du cerveau. Bon. Je reconnais. J’ai de l’instruction remarquez, mais enfin si on va par là j’en ai sûrement moins qu’elles et que beaucoup d’autres. Moi je suis plutôt la bonne petite femme d’intérieur  pas ? Mais attention ! Lessivage, nettoyage, repassage : d’accord ; mes bras font tout ce qu’il faut, mais il y a la tête. C’est pas parce qu’on a un balai dans les mais qu’on a rien dans la tête ! Moi ma tête, j’y tiens. J’la cultive autant que mon Jules notre bout d’jardin. Je dis mon Jules, c’est pas pour faire affranchie, c’est parce qu’il s’appelle Jules. Donc, moi j’écoute la radio toute la journée. J’regarde la télé à midi et le soir. Alors avec France-Culture, l’écologie, l’éthologie, l’anthropologie, l’environnement, quoi ! on en apprend ! Et puis Chancl qui tire les vers du nez à un cardinal aussi bien qu’à un spéléologue ou un biolinguiste, on en apprend aussi pas ? Parce que : ménagère d‘accord ! mais y faut pourvoir parler des choses et marcher avec son siècle comme on dit et puis avoir ses idées à soi en somme, aussi bien sur Teilhard et l’oméga de Chardin que sur d’autres, pourquoi pas ? Seulement attention : il suffit pas d’ingurgiter comme ça n’importe quoi, faut avoir son esprit critique pas ? Et c’est là où moi par nature, je serais plutôt portée à ne pas me laisser raconter d’histoires. Seulement j’ai un oncle qui lui, a une drôle d’instruction puisqu’il écrit dans un journal et même un journal de gauche comme on dit. Et il paraît que dans ceux de gauche ils ont encore plus d’instruction que dans ceux de droite. Alors vous voyez que mon oncle en a ! de l’instruction. Et mon onclue un jour m’a dit : « Ma p’tite, en matière d’art, de peinture, de littérature, de théâtre, de cinéma, dis-toi bien une chose : faut pas rater Van Gogh ! » Il m’a dit ça comme ça comme s’il m’avait dit : « Faut pas rater le train ! » Eh bien c’était ça justement qu’il voulait me dire avec Van Gogh : Faut pas rater le train. Le train du génie, le train du superman. Parce que mon oncle m’a expliqué que nos grands-parents, quand ils voyaient les tableaux de Van Gogh – c’était un peintre – ils poussaient des cris et refusaient de les acheter. Ils trouvaient que ça valait rien. Et voilà que Van Gogh, c’était un génie et qu’aujourd’hui, ses tableaux, y a que les milliardaires qui peuvent se les offrir. Nos grands-parents en somme, ont fait la sacrée gaffe. C’est pourquoi mon oncle m’a dit qu’aujourd’hui, il y avait comme une sorte de mot d’ordre : Faut pas rater Van Gogh. Autrement dit – passez-moi l’expression un peu brutale : faut pas être un con. Alors depuis, j’essaie. Et quand je vais au théâtre ou au cinéma, quand je lis un roman et encore plus si je regarde un tableau naturellement, je me dis comme ça : « Ma p’tite, faut pas être une… faut pas rater Van Gogh ! »

Seulement il faut reconnaître que c’est pas facile, hein ? On a du mal je vous jure ! Avant-hier, tenez, au cinéma… j’y vais avec mon Jules. Il m’avait dit : « Il paraît qu’il y a un film sensass ». Eh bien, heureusement que notre aînée était pas avec nous, la malheureuse ! Ça s’appelait « Sous les tropiques ». Moi j’aime bien les palmiers, les plages et puis j’aime bien aussi l’impression de chaleur sur l’écran quand il fait frais dans la salle. Donc on va voir Les Tropiques – Mes enfants… ! Ce qu’on a vu ! C’était pas croyable ! Des filles et des garçons sous les tropiques… ça donne quelqu’chose j’vous jure au jour d‘aujourd’hui. D’abord, tous à poil ! Mais alors, ce que j’appelle à poil ! Moi je me suis dit « On s’est trompés ». Je dis à Jules : « Tu es sûr qu’c’est Les Tropiques ? » Il me répond : Qu’est-ce que tu veux que ce soit ! » D’ailleurs c’était vrai : des cabanes, des cocotiers… pas beaucoup de vêtements on n’était pas Faubourg Saint-Denis c’est sûr ! Alors j’la ferme, j’dis plus rien, je regarde. Jules aussi y regardait ! Et pas d’un œil, vous pouvez me croire ! Et alors ça se pelote et ça s’embrasse et ça se… mais j’peux pas vous dire ! Tout, quoi ! Ils nous faisaient tout ça devant nous, sous les Tropiques ! J’dis à mon Jules : « Dis donc, c’est dégoûtant ! On s’en va ? » – « Pourquoi ? » il me répond. « Ça te plaît, cochon ! » je lui dis. « C’est artistique », il me répond. Ça y est je m’suis dit, lui aussi : « Il veut pas rater Van Gogh ! »

[…]

Faut pas rater Van Gogh, André RoussinN’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez trouver le livre sur ce lien : 

Faut pas rater Van GoghAndré Roussin

Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition ou pour le plaisir)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :