La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

Les Amours imaginaires de Xavier Dolan : monologue de la Jeune Femme #2

Magalie Lépine Blondeau les amours imaginaires xavier dolan jeune femme #2 film 2010

Magalie Lépine Blondeau dans Les Amours imaginaires de Xavier Dolan (2010).

L’intrigue principale des Amours imaginaires est clairsemée d’interviews de jeunes gens qui racontent leurs désillusions sentimentales… Nous avons rassemblé ci-dessous plusieurs passages en un court monologue (très parlé, et plus crédible avec un accent québécois).

LA JEUNE FEMME #2 : En fait, c’est la chatte… Maryline… la chatte était pas là. Je le sais parce que j’entendais pas le… le guiling’ guiling‘ là… t’sais, il avait mis un… une affaire autour du cou, là… une affaire de nain, là… de lutin, là… un grelot ! Il avait mis un grelot, parce que, je sais pas, il trouvait ça cute, et on l’entendait d’habitude. Puis, là, je suis rentrée, et il était pas là. « Maryline… Maryline… » Pas de grelot. Et là, le vase. T’sais, là, en terra cotta, là, où y’avait des dessins noirs, puis de la merde, là, sur le buffet… pas là. C’qui fait que j’me retourne, et dans l’entrée, y’a juste mes bottes… Plus de runnings, plus d’affaires de gars, là… C’qui fait qu’évidemment j’ai fait le tour de l’appartement à comme trois-cent-cinquante kilomètres heure… Puis, il avait tout pris ! Tout tout tout tout tout son stock… Puis, sur la table de la cuisine, y’a un papier bleu, où c’est écrit en allemand, parce qu’il était allemand, d’ailleurs il l’est toujours… « Je ne veux pas gâcher ma vie en t’aimant mal »…

Le jour où il s’est installé, c’était fini. C’était fini. C’était pas fini-fini, là, t’sais, on habitait toujours ensemble, puis on baisait, puis tout ça… enfin tout ça, c’est des détails, ça a pas d’importance… c’était fini. Puis, c’est sûr que… qu’on voulait pas se l’avouer au début, parce que… on se sentait mal, là, t’sais… le déménagement, puis, le coeur gros… puis tout ça là, tout cet arrière-là… ça commence à faire ben du cash qu’on christ par les fenêtres là maintenant… En même temps, monsieur, il a eu le rôle, hein ! Faut pas qu’il mange de la merde… !

C’est comme si on… c’est comme si on… je parle pour moi là… ouais… ouais… J’étais amoureuse d’une autre sorte d’amour, là, t’sais… Lui, il habitait à Berlin, puis, moi sur Dorion… T’imagines que t’es amoureux, t’es jamais… j’sais pas… ben… prendre l’avion, j’sais pas, l’atterrissage, le café… euh… les clopes, le… le vent d’ailleurs, le vent, son accent… ça existe pas ! C’est le concept que t’aimes ! T’aimes le concept plus que l’autre, c’est con, hein ? T’es amoureux de la distance… et là, y’en a plus de distance, là. Quand y’en a plus d’océan à traverser pour aller voir l’autre puis qui reste juste à traverser le couloir, ben… c’est fini, c’est fini, hein !

Monologue pour femme extrait du film Les Amours imaginaires de Xavier Dolan (2010). Vous pouvez trouver le film sur ce lien : Les Amours imaginaires – Xavier Dolan

Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :