La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

Persona d’Ingmar Bergman : Elisabet et la Psychiatre

Persona Ingmar Bergman film Bibi Andersson Margaretha Krook

Bibi Andersson (Elisabet Vogler) et Margaretha Krook (La Psychiatre) dans Persona.

En pleine représentation de la pièce Électre, l’actrice Elisabet Vogler se fige soudain dans un mutisme total. Ce comportement étrange lui vaut d’être internée dans un hôpital. Mais la psychiatre en charge de son cas écarte rapidement la piste de l’hystérie. Elle observe que ni la santé physique ni la santé mentale de la comédienne ne sont en cause, et pense que sa patiente a fait voeu de silence pour des raisons métaphysiques… Ingmar Bergman nous livre ici une magnifique réflexion sur le sentiment de dépersonnalisation de l’acteur ! 

LA PSYCHIATRE. — Elisabet, tu n’es pas obligée de rester à l’hôpital. Ça va te faire du mal. Comme tu ne veux pas rentrer, tu peux aller avec Alma dans ma maison au bord de la mer. Non ? Tu crois que je ne comprends pas… ? Le rêve impossible d’exister. Pas seulement avoir l’air, mais exister vraiment. À chaque instant, consciente, vigilante, toujours divisée entre ce qu’on est pour autrui et pour soi-même. La sensation de vertige et le désir constant d’être enfin démasquée. D’être dévoilée, réduite, et peut-être même anéantie. Chaque intonation est un mensonge, chaque geste, une tromperie, chaque sourire, une grimace. Se suicider ? Non ! C’est trop affreux. Ça ne se fait pas. Mais on peut être immobile. On peut se taire. Au moins, on ne ment pas. On peut s’enfermer, se replier. Comme ça, plus de rôle à jouer, plus de grimace à faire, plus de geste mensonger. Du moins, on le croit. Mais la réalité est méchante. Ta cachette n’est pas assez étanche. La vie s’infiltre partout. Tu es obligée de réagir. Personne ne se demande si c’est sincère ou pas, si tu es vraie ou fausse. Ces questions ne comptent qu’au théâtre, et encore… Je te comprends Elisabet. Je comprends que tu te taises, que tu sois immobile. Que tu aies fait de cette apathie une méthode extraordinaire. Je comprends et j’admire. Tu dois jouer ce rôle jusqu’à ce qu’il soit épuisé. Qu’il soit dénué de sens. Alors tu l’abandonneras. Comme tu as, au fur et à mesure, quitté tes autres rôles.

Scène pour deux femmes tirée du film Persona d’Ingmar Bergman (texte français extrait  de la VF du site Mubi). N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler une scène sans connaître l’oeuvre intégrale. En ce moment, vous pouvez regarder le film sur Mubi (7 jours d’essai gratuit) en cliquant sur ce lien

Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Découvrez mon livre !

DLFAB
%d blogueurs aiment cette page :