La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

99 Francs de Jan Kounen : le monologue d’Octave Parango

Jean Dujardin dans le film 99 Francs

Jean Dujardin dans le film 99 Francs, réalisé par Jan Kounen (2007).

Dans 99 Francs, Frédéric Beigbeder témoigne de la vanité de sa vie de publicitaire, en dressant le portrait d’un alter-ego puantissime, Octave Parango. Et l’adaptation de Jan Kounen reproduit tout le cynisme de cet odieux personnage, incarné par Jean Dujardin, comme en atteste le monologue d’ouverture :

« Tout s’achète : l’amour, l’art, la planète Terre, vous, moi… Surtout moi. L’homme est un produit comme les autres. Avec une date limite de vente. Je suis publicitaire. Je suis de ceux qui vous font rêver des choses que vous n’aurez jamais. Ciel toujours bleu, nanas jamais moches, bonheur parfait retouché sur Photoshop. Vous croyez que j’embellis le monde ? Perdu, je le bousille. […]

Pour moi, tout avait pourtant si bien commencé. L’ambiance était bonne, le DJ excellent, la température agréable, les filles superbes, l’alcool à gogo, la drogue de qualité… Non, indéniablement, mes trente-trois premières années ont été vraiment réussies. 

Mais je ne vais pas travestir la vérité. Je ne suis pas un gentil garçon. Je suis une grosse merde. Un héros moderne quoi. Mes pantalons, je les trouve dans le Vogue Italie et le Vanity Fair allemand du mois précédant l’acte d’achat. Quant à mes chemises, elles viennent de New York, Tokyo, Bombay, Guéthary…Oh, je suis désolé d’être tellement en avance sur vous, mais c’est moi qui décide aujourd’hui ce qui vous allez vouloir demain. Je me drogue à la nouveauté, et l’avantage de la nouveauté c’est qu’elle ne reste jamais neuve longtemps. L’idéal serait que vous commenciez par me détester avant de détester l’époque qui m’a créé. 

Donc voilà, je me prénomme Octave, Octave Parango, et je m’habille chez APC. J’ai passé ma vie à vous manipuler contre 75 000 francs par mois. Quand à force d’économie vous réussirez à vous payer la bagnole de vos rêves, je l’aurais déjà démodée. Je m’arrange toujours pour que vous soyez frustrés. Je suis celui qui pénètre votre cerveau, je jouis dans votre hémisphère droit. Votre désir ne vous appartient plus, je vous impose le mien. Jamais crétin irresponsable n’a été aussi puissant que moi depuis 2000 ans. »

Monologue pour homme extrait du film 99 Francs réalisé par Jan Kounen, d’après le roman de Frédéric Beigbeder. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler une scène sans connaître l’oeuvre intégrale. Vous pouvez acheter le livre en ligne et le récupérer dans la librairie la plus proche via ce lien Place des Libraires : 99 Francs — Frédéric Beigbeder

→ Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :