La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

Private Lives de Noël Coward : Elyot et Sybil

Noel Coward Gertrude Lawrence Private Lives

Noël Coward et Gertrude Lawrence lors de la création de Private Lives au Phoenix Theatre de Londres en 1930.

Deux lunes de miel. D’un côté, Elyot et Sybil. De l’autre, Amanda et Victor. Elyot et Amanda étaient mariés ensemble il y a cinq ans. Poussés chacun par leur nouvelle moitié, ils reviennent sur cette relation tumultueuse…

La scène se déroule sur la terrasse d’un hôtel, dans le Sud de la France. (La traduction en français suit le texte original en anglais.)

Version originale

SYBIL, calling. — Elli, Elli dear, do come out. It’s so lovely. 

ELYOT. — Just a minute. (After a pause.) Not so bad. 

SYBIL. — It’s heavenly. Look at the lights of that yacht reflected in the water. Oh dear, I’m so happy.

ELYOT. — Are you?

SYBIL. — Aren’t you?

ELYOT. — Of course I am. Tremendously happy.

SYBIL. — Just to think, here we are, you and I, married!

ELYOT. — Yes, things have come to a pretty pass. 

SYBIL. — Don’t laugh at me, you mustn’t be blasé about honeymoons just because this is your second. 

ELYOT, frowning. — That’s silly. 

SYBIL. — Have I annoyed you by saying that?

ELYOT. — Just a little.

SYBIL. — Oh, darling, I’m so sorry. (She holds her face to his.) Kiss me. 

ELYOT. — There. 

SYBIL. — Ummm, not so very enthusiastic. 

ELYOT, kissing her again. — That better?

SYBIL. — Three times please, I’m superstitious. 

ELYOT, kissing her. — You really are very sweet. 

SYBIL. — Are you glad you married me?

ELYOT. — Of course I am.

SYBIL. — How glad?

ELYOT. — Incredibly, magnificently glad.

SYBIL. — How lovely.

ELYOT. — We ought to go in and dress. 

SYBIL. — Gladder than before?

ELYOT. — Why do you keep harping on that?

SYBIL. — It’s in my mind, and yours too, I expect.

ELYOT. — It isn’t anything of the sort. 

SYBIL. — She was pretty, wasn’t she? Amanda?

ELYOT. — Very pretty.

SYBIL. — Prettier than I am?

ELYOT. — Much.

SYBIL. — Elyot!

ELYOT. — She was pretty and sleek, and her hands were long and slim, and Her legs were long and slim, and she danced like an angel. You dance very poorly, by the way.

SYBIL. — Could she play the piano as well as I can?

ELYOT. — She couldn’t play the piano at all.

SYBIL, triumphantly. — Aha! Had she my talent for organisation?

ELYOT. — No, but she hadn’t your mother either.

SYBIL. — I don’t believe you like mother. 

ELYOT. — Like her! I can’t bear her.

SYBIL. — Elyot! She’s a darling, underneath.

ELYOT. — I never got underneath.

SYBIL. — It makes me unhappy to think you don’t like mother.

ELYOT. — Nonsense. I believe the only reason you married me was to get away from her.

SYBIL. — I married you because I loved you.

ELYOT. — Oh dear, oh dear, oh dear, oh dear!

SYBIL. — I love far more than Amanda loved you. I’d never make miserable like she did. 

ELYOT. — We made each other miserable. 

SYBIL. — It was all her fault, you know it was.

ELYOT, with vehemence. — Yes, it was. Entirely her fault. 

SYBIL. — She was a fool to love you.

ELYOT. — We lost each other. 

SYBIL. — She lost you, with her violent tempers and carryings on.

ELYOT. — Will you stop talking about Amanda?

SYBIL. — But I’m very glad, because if she hadn’t been uncontrolled, and wicked, and unfaithful, we shouldn’t be here now. 

ELYOT. — She wasn’t unfaithful. 

SYBIL. — Ho do you know? I bet she was. I bet she was unfaithful every five minutes. 

ELYOT. — It would take a far more concentrated woman than Amanda to be unfaithful every five minutes. 

SYBIL, anxiously. — You do hate her, don’t you?

ELYOT. — No, I don’t hate her. I think I despise her. 

SYBIL, with satisfaction. — That’s much worse. 

ELYOT. — And yet I’m sorry for her.

SYBIL. — Why?

ELYOT. — Because she’s marked for tragedy; she’s bound to make a mess of everything. 

SYBIL. — If it’s all her fault, I don’t see that it matters much. 

ELYOT. — She has some very good qualities.

SYBIL. — Considering what a hell she made of your life, I think you are very nice about her. Most men would be vindictive.

ELYOT. — What’s the use of that? It’s all over now, such a long time ago. 

SYBIL. — Five years isn’t very long. 

ELYOT, seriously. — Yes it is. 

SYBIL. — Do you think you could ever love her again?

ELYOT. — Now then, Sibyl. 

SYBIL. — But could you?

ELYOT. — Of course not, I love you.

SYBIL. — Yes, but you love me differently; I know that. 

ELYOT. — More wisely perhaps. 

SYBIL. — I’m glad. I’d rather have that sort of love. 

ELYOT. — You’re right. Love is no use unless it’s wise, and kind, and undramatic. Something steady and sweet, to smooth out your nerves when you’re tired. Something tremendously cosy; and unflurried by scenes and jealousies. That’s what I want, what I’ve always wanted really. Oh my dear, I do hope it’s not going to be dull for you. 

SYBIL. — Sweetheart, as tho’ you could ever be dull.

ELYOT. — I’m much older than you.

SYBIL. — Not so very much. 

ELYOT. — Seven years. 

SYBIL, snuggling up to him. — The music has stopped now and you can hear the sea. 

ELYOT. — We’ll bathe tomorrow morning. 

SYBIL. — I mustn’t get sunburnt. 

ELYOT. — Why not?

SYBIL. — I hate it on women.

ELYOT. — Very well, you shan’t then. I hope you don’t hate it on men. 

SYBIL. — Of course I don’t. It’s suitable to men.

ELYOT. — You’re a completely feminine little creature, aren’t you?

SYBIL. — Why do you say that ?

ELYOT. — Everything in its place.

SYBIL. — What do you mean?

ELYOT. — If you feel you’d like me to smoke a pipe. I’ll try and master it. 

SYBIL. — I like a man to be a man, if that’s what you mean. 

ELYOT. — Are you going to understand me, and manage me?

SYBIL. — I’m going to try to understand you.

ELYOT. — Run me without my knowing it?

SYBIL, withdrawing slightly. — I think you’re being a little unkind.

ELYOT. — No, I don’t mean to be. I was only wondering. 

SYBIL. — What?

ELYOT. — I was wondering what was going on inside your mind, what your plans are really? 

SYBIL. — Plans! Oh, Elli! 

ELYOT. — Apart from loving me and all that, you must have plans. 

SYBIL. — I haven’t the faintest idea what you’re talking about. 

ELYOT. — Perhaps it’s subconscious then, age old instincts working away deep down, mincing up little bits of experience for future use, watching me carefully like a little sharp-eyed, blonde kitten. 

SYBIL. — How can you be so horrid. 

ELYOT. — I said kitten, not cat. 

SYBIL. — Kittens grow into cats. 

ELYOT. — Let that be a warning to you. 

SYBIL, slipping her arm through his again. — What’s the matter darling; are you hungry?

ELYOT. — Not a bit. 

SYBIL. — You’re very strange aU of a sudden, and rather cruel. Just because I’m feminine. It doesn’t mean that I’m crafty and calculating.

ELYOT. — I didn’t say you were either of those things.

SYBIL. — I hate these half masculine women who go banging about.

ELYOT. — I hate anybody who goes banging about. 

SYBIL. — I should think you needed a little quiet womanliness after Amanda. 

ELYOT. — Why will you keep on talking about her?

SYBIL. — It’s natural enough, isn’t it? 

ELYOT. — What do you want to find out?

SYBIL. — Why did you really let her divorce you? 

ELYOT. — She divorced me for cruelty, and flagrant infidelity. I spent a whole week-end at Brighton with a lady called Vera Williams. She had the nastiest looking hair brush I have ever seen. 

SYBIL. — Misplaced chivalry, I call it. Why didn’t you divorce her?

ELYOT. — It would not have been the action of a gentleman, whatever that may mean. 

SYBIL. — I think she got off very lightly. 

ELYOT. — Once and for all will you stop talking about her. 

SYBIL. — Yes, Elli dear. 

ELYOT. — I don’t wish to see her again or hear her name mentioned. 

SYBIL. — Very well, darling. 

ELYOT. — Is that understood?

SYBIL. — Yes, darling. Where did you spend your honeymoon?

ELYOT. — St. Moritz. Be quiet. 

SYBIL. — I hate St. Moritz. 

ELYOT. — So do I, bitterly. 

SYBIL. — Was she good on skis?

ELYOT. — Do you want to dine downstairs here, or at the Casino?

SYBIL. — I love you, I love you, I love you. 

ELYOT. — Good, let’s go in and dress.

SYBIL. — Kiss me first. 

ELYOT, kissing her. — Casino?

SYBIL. — Yes. Are you a gambler ? You never told me. 

ELYOT. — Every now and then.

SYBIL. — I shall come and sit just behind your chair and bring you luck.

ELYOT. — That will be fatal. 

They go off into their suite. 

Traduction française

SYBIL. — Elli, Elli mon chéri, viens dehors. La vue est si belle. 

ELYOT. — Une minute. (Le temps qu’il sorte.) Pas mal du tout. 

SYBIL. — C’est magnifique ! Regarde là-bas les lumières du yacht qui se reflètent dans l’eau. Oh, mon chéri, je suis tellement heureuse ! 

ELYOT. — Vraiment ?

SYBIL. — Tu n’es pas heureux, toi ?

ELYOT. — Bien sûr que si. Terriblement heureux.

SYBIL. — Tu te rends compte ? Ca y est, nous y sommes, toi et moi, mari et femme !

ELYOT. — Oui, les choses se sont joliment déroulées. 

SYBIL. — Arrête de te moquer. Tu n’es pas obligé de jouer les blasés, sous prétexte que c’est ta seconde lune de miel. 

ELYOT, fronce les sourcils. — C’est idiot. 

SYBIL. — Ca t’agace que je dise ça ?

ELYOT. — Un tout petit peu.

SYBIL. — Oh, mon chéri, je suis désolée. Embrasse-moi. 

ELYOT. — Voilà. 

SYBIL. — Mmmmh, ce n’était pas très enthousiaste. 

ELYOT, l’embrassant à nouveau. — Et là, c’était mieux ?

SYBIL. — Une troisième fois, s’il te plaît, je suis superstitieuse. 

ELYOT, l’embrassant. — Tu es vraiment un amour. 

SYBIL. — Es-tu content de m’avoir épousée ?

ELYOT. — Bien sûr que oui.

SYBIL. — À quel point ?

ELYOT. — J’en suis incroyablement, merveilleusement content.

SYBIL. — Voilà qui me rassure.

ELYOT. — Allez, rentrons nous habiller. 

SYBIL. — Plus content qu’avant ?

ELYOT. — Pourquoi ressasses-tu cette histoire ?

SYBIL. — Ca me trotte dans la tête ; et toi aussi, j’imagine.

ELYOT. — Pas le moins du monde. 

SYBIL. — Elle était belle, n’est-ce pas ? Amanda ?

ELYOT. — Très belle.

SYBIL. — Plus belle que moi ?

ELYOT. — Beaucoup.

SYBIL. — Elyot !

ELYOT. — Elle était belle et élégante, et ses mains était longues et fines, et ses jambes étaient longues et fines, et elle dansait comme un ange. Ce qui n’est pas ton cas, d’ailleurs. 

SYBIL. — Est-ce qu’elle jouait du piano aussi bien que moi ?

ELYOT. — Elle ne savait pas jouer du piano.

SYBIL, triomphalement. — Ah ah ! Et est-ce qu’elle avait mon don pour l’organisation ?

ELYOT. — Non. Et elle n’avait pas ta mère, non plus.

SYBIL. — Tu n’aimes pas beaucoup ma mère. 

ELYOT. — Je ne la supporte pas, tu veux dire !

SYBIL. — Elyot ! C’est une femme charmante, quand on creuse un peu.

ELYOT. — Il faut un sacré matériel de forage, alors. 

SYBIL. — Ca m’attriste de savoir que tu n’aimes pas ma mère.

ELYOT. — Mensonge. Je crois plutôt que tu m’as épousé dans le seul but de lui échapper.

SYBIL. — Je t’ai épousé parce que je t’aimais.

ELYOT. — Oh ma chérie, ma chérie, ma chérie, ma chérie !

SYBIL. — Je t’aime bien plus qu’Amanda. Jamais je ne te rendrai malheureux comme elle l’a fait.

ELYOT. — Nous nous sommes tous les deux rendus malheureux. 

SYBIL. — C’était de sa faute, et tu le sais.

ELYOT, avec vigueur. — Oui, c’était de sa faute. Entièrement de sa faute. 

SYBIL. — Quelle idiote de t’avoir aimé.

ELYOT. — Nous nous sommes perdus tous les deux. 

SYBIL. — C’est elle qui t’a perdu, avec ses colères violentes et sa malhonnêteté. 

ELYOT. — Veux-tu arrêter de parler d’Amanda ?

SYBIL. — Mais je suis ravie, je t’assure, parce que si elle n’avait pas été imprévisible, méchante et infidèle, je ne serais pas là avec toi. 

ELYOT. — Elle n’était pas infidèle. 

SYBIL. — Comment le sais-tu ? Je suis sûre qu’elle te trompait. Je suis sûre qu’elle te trompait toutes les cinq minutes. 

ELYOT. — Elle n’aurait jamais pu me tromper toutes les cinq minutes, ça demande de la concentration.  

SYBIL, anxieuse. — Tu la détestes, n’est-ce pas ?

ELYOT. — Non, je ne la déteste pas. Je crois que je la méprise.

SYBIL, avec satisfaction. — C’est bien pire. 

ELYOT. — Et pourtant je la plains. 

SYBIL. — Pourquoi ?

ELYOT. — Parce qu’elle est vouée à la tragédie ; condamnée à tout faire voler en éclats. 

SYBIL. — Si c’est entièrement sa faute, je ne vois pas pourquoi tu t’en soucies.

ELYOT. — Elle a quand même quelques qualités.

SYBIL. — Vu l’enfer qu’elle t’a fait vivre, je te trouve bien gentil avec elle. Un autre homme lui en voudrait bien plus. 

ELYOT. — Quel intérêt ? C’est fini, maintenant, de l’histoire ancienne. 

SYBIL. — Cinq années, ce n’est pas si long que ça. 

ELYOT, sérieux. — Si, ça l’est. 

SYBIL. — Tu penses que tu pourrais l’aimer à nouveau ?

ELYOT. — Bon, ça suffit, Sibyl. 

SYBIL. — Mais tu pourrais ?

ELYOT. — Bien sûr que non, c’est toi que j’aime.

SYBIL. — Oui, mais tu m’aimes différemment, je le sais bien.

ELYOT. — Avec plus de sagesse, probablement. 

SYBIL. — C’est bien. Je préfère cet amour-là. 

ELYOT. — Tu as raison. L’amour est inutile s’il n’est pas sage, gentil, et sans théâtre. Il faut qu’il soit stable, et doux, afin de reposer les nerfs en cas de fatigue. Il faut qu’il soit d’un confort incroyable, et qu’aucune scène de ménage ne vienne le perturber. C’est ce que veux, ce que j’ai toujours voulu en vérité. Oh, ma chérie, j’espère vraiment que tu ne vas pas t’ennuyer avec moi. 

SYBIL. — Comme si l’on pouvait s’ennuyer en ta compagnie.

ELYOT. — Je suis beaucoup plus vieux que toi.

SYBIL. — Pas tant que ça. 

ELYOT. — De sept ans. 

SYBIL, se blottit contre lui. — La musique s’est arrêtée. On entend la mer maintenant. 

ELYOT. — Nous irons nous baigner demain. 

SYBIL. — Il ne faut pas que j’attrape un coup de soleil. 

ELYOT. — Pourquoi ?

SYBIL. — J’ai horreur des femmes qui ont des coups de soleil.

ELYOT. — Très bien, pas de coup de soleil pour toi, alors. J’espère que ce n’est pas un problème pour un homme ?

SYBIL. — Non, bien sûr. C’est convenable pour un homme. 

ELYOT. — Sais-tu que tu es une petite créature tout à fait féminine ?

SYBIL. — Pourquoi dis-tu ça ?

ELYOT. — Chaque chose à sa place.

SYBIL. — C’est-à-dire ?

ELYOT. — Si je dois fumer la pipe pour que tu m’aimes mieux, je peux m’y mettre dès demain, tu sais. 

SYBIL. — J’aime qu’un homme soit un homme, voilà tout. 

ELYOT. — Est-ce que tu vas me comprendre, et me contrôler ?

SYBIL. — Je vais essayer de te comprendre. 

ELYOT. — Me mener à la baguette sans que je m’en aperçoive ?

SYBIL, s’écarte doucement. — Tu sais que tu deviens un peu méchant.

ELYOT. — Non, ce n’était pas méchant. Je me demandais simplement. 

SYBIL. — Quoi ?

ELYOT. — Je me demande ce que tu as en tête, quels sont vraiment tes projets.

SYBIL. — Mes projets ! Oh, Elli ! 

ELYOT. — À part m’aimer, et cetera, tu dois bien avoir des projets.

SYBIL. — Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. 

ELYOT. — Peut-être que c’est inconscient, alors. Une sorte d’instinct primitif qui travaillerait en profondeur et accumulerait des petits bouts d’expérience pour plus tard, en m’observant attentivement derrière ces deux petits yeux perçants de chaton. 

SYBIL. — Comment peux-tu être aussi ignoble ?

ELYOT. — J’ai dit chaton, pas vieux matou.

SYBIL. — Les vieux matous ont d’abord été des chatons. 

ELYOT. — C’est une leçon que tu ferais bien de retenir. 

SYBIL, l’enlaçant à nouveau. — Qu’est-ce qu’il y a mon chéri ; tu as faim, c’est ça ?

ELYOT. — Pas du tout. 

SYBIL. — Tu deviens bizarre soudainement, et plutôt cruel. Tout ça, parce que je suis féminine. Mais de là à dire que je suis calculatrice et pleine de ruses…

ELYOT. — Je n’ai jamais dit ça.

SYBIL. — J’ai horreur des femmes à moitié masculines qui font beaucoup de bruit pour rien.

ELYOT. — J’ai horreur des gens qui font beaucoup de bruit pour rien. 

SYBIL. — J’aurais cru qu’un peu de discrétion féminine te ferait du bien après Amanda.

ELYOT. — Pourquoi ne peux-tu t’empêcher de me parler d’elle ?

SYBIL. — C’est bien naturel, non ? 

ELYOT. — Qu’est-ce que tu cherches à savoir ?

SYBIL. — Pourquoi l’as-tu laissée demander le divorce ? 

ELYOT. — Parce que j’ai été cruel, et pris en flagrant délit d’adultère. J’ai passé tout un week-end à Brighton en compagnie d’une dame nommée Vera Williams, qui avait la brosse à cheveux la plus sale que j’ai jamais vue. 

SYBIL. — Galanterie inutile, si tu veux mon avis. Pourquoi n’as-tu pas demandé le divorce ?

ELYOT. — Un gentleman n’aurait jamais fait ça, voilà. Comprendra qui voudra. 

SYBIL. — Je crois qu’elle s’en est tirée à très bon compte. 

ELYOT. — Une bonne fois pour toutes, vas-tu arrêter de me parler d’elle ?

SYBIL. — Oui, mon Elli. 

ELYOT. — Je ne veux plus jamais la revoir ni entendre son nom prononcé devant moi. 

SYBIL. — Très bien, mon chéri. 

ELYOT. — C’est entendu ?

SYBIL. — Oui, chéri. Où est-ce que vous avez passé votre lune de miel ?

ELYOT. — Saint-Moritz. Tais-toi maintenant. 

SYBIL. — Je déteste Saint-Moritz. 

ELYOT. — Moi de même, tu peux me croire. 

SYBIL. — Elle skiait bien ?

ELYOT. — Veux-tu que l’on dîne à l’hôtel, ou au Casino?

SYBIL. — Je t’aime, je t’aime, je t’aime. 

ELYOT. — Bien, rentrons nous habiller.

SYBIL. — Embrasse-moi d’abord. 

ELYOT, l’embrassant. — Casino ?

SYBIL. — Oui. Tu ne m’avais pas dit que tu aimais jouer.  

ELYOT. — De temps en temps.

SYBIL. — Je vais me mettre derrière ta chaise pour te porter chance.

ELYOT. — Ce sera fatal. 

Ils rentrent dans leur chambre. 

Scène pour un jeune homme et une jeune femme, extraite de Private Lives (Lunes de miel), pièce en trois actes de Noël Coward, publiée en 1930. Traduction française de Valentin Martinie. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler une scène sans connaître l’oeuvre intégrale. Pour les francophones, il existe une adaptation d’Éric-Emmanuel Schmitt, vous pouvez acheter le livre en ligne et le récupérer chez votre libraire le plus proche sur ce lien Place des Libraires : L’Avant-scène théâtre n°1154 : Lunes de miel de Noël Coward, adaptation d’Éric-Emmanuel Schmitt.

→ Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :