La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

Mon Oncle d’Amérique d’Alain Resnais : « Humilier un homme »

Mon oncle d'amérique alain resnais gérard depardieu pierre arditi nicole garcia

Pierre Arditi, Nicole Garcia et Gérard Depardieu dans Mon Oncle d’Amérique d’Alain Resnais.

Voici une scène pour trois comédiens – deux hommes et une femme – tirée de Mon Oncle d’Amérique d’Alain Resnais. Zambeaux (Pierre Arditi), haut placé dans un groupe textile, donne une leçon de marketing à un directeur d’atelier (Gérard Depardieu), avant de lui annoncer sa rétrogradation à un poste de contrôle technique. L’odieux patron est bientôt rejoint par Janine (Nicole Garcia), qui ne ménage pas non plus le pauvre René Ragueneau

ZAMBEAUX. — Vous avez des enfants ? Eh bien vous auriez dû savoir que les jeunes les pantalons en série ils n’en veulent plus ! Maintenant, c’est le style jogging ! C’était une excellente occasion de prendre de court le Japon et la Corée du Sud ! Ce qui est important pour le groupe c’est d’être les premiers ! Pendant six mois ! Nous sommes les guerilleros de la mode, (il mime un mitraillage.) tatatatatatata !

JANINE. — Bonjour René.

RENÉ. — Bonjour.

ZAMBEAUX. — Bonjour. Vous avez bien roulé ?

JANINE. — Oh oui, bien, très bien.

ZAMBEAUX. — Bien. Qu’est-ce que vous prenez ?

JANINE. — Mmh… un Perrier citron.

ZAMBEAUX. — Je suis content que vous soyez là. Vous allez voir Ragueneau, tout ça va s’arranger…

RENÉ. — Mes bavoirs en viscose, ils ont marché du tonnerre…!

ZAMBEAUX. — Mais les bavoirs c’est parfait…

RENÉ. — Eh bien, si on avait consenti le même effort publicitaire sur les pantalons…

ZAMBEAUX. — Écoutez les bavoirs, ce ne sont pas des pantalons !

JANINE. — Vous êtes têtu !

RENÉ. — Mais quand même ! Mon système de fermeture !

ZAMBEAUX. — La mode, Ragueneau, la mode ! Enfin il me semble que Janine vous avait suffisamment mis en garde.

JANINE. — Il y a un an, quand vous avez eu cette idée de mettre en route une chaîne de pantalons. Vous savez que c’est drôlement long à démarrer une chaîne, et la mode elle va vite ! Vous voilà avec une centaine de pantalons sur les bras, qu’on est obligés de solder. Vous étiez chargé de renflouer une affaire, bon, maintenant, vous appelez au secours… ! (Un court silence.) Bon, mais tout ça c’est le passé ! Le groupe accepte de vous accorder un prêt. C’est une bonne nouvelle, ça !

ZAMBEAUX. — À certaines conditions… Je meurs de faim ! Pas vous ? Je crois que vous êtes un fin gourmet ? Alors, passons à table, nous serons plus tranquilles pour bavarder.

RENÉ. — Des conditions ? Mais quelles conditions ?

JANINE. — Ben en gros ce qu’on vous propose, c’est un partage des responsabilités.

RENÉ. — Hein ?

JANINE. — Vous êtes plus un technicien qu’un gestionnaire. Alors la gestion sera prise en charge par un directeur administratif, et vous, vous pourrez vous consacrer entièrement aux problèmes techniques.

RENÉ, après un bref silence. — En clair, je suis rétrogradé ?

ZAMBEAUX. — Non… Vous aurez moins de travail. Aucune incidence sur vos appointements.

RENÉ. — Je ne serai plus qu’un sous-fifre… C’est scandaleux… Se donner corps et âme, pendant vingt ans… Tout sacrifier… Ma vie familiale…

ZAMBEAUX. — N’exagérons rien…!

RENÉ, éclate. — Mais je n’exagère pas ! Ma femme est obligée de rester dans le Nord pour ne pas perdre son poste… Je ne vois même plus mes enfants… Ma dernière, c’est à peine si je la connais… J’ai l’impression d’avoir gâché ma vie…

ZAMBEAUX. — Allons dîner, ne dramatisez pas, c’est ridicule !

RENÉ. — Ridicule ! Mais vous n’avez pas le droit ! Humilier un homme, ça ne se fait pas ! Du temps de Monsieur Louis, ça ne se serait jamais passé comme ça !

JANINE. — René, voyons, que signifie cette comédie !

ZAMBEAUX. — Nous ne sommes plus au temps de Monsieur Louis…

RENÉ. — Et bien c’est triste, monsieur ! Oui, c’est triste ! (Il se lève précipitamment et renverse la table basse.) Bonsoir ! Je vais me coucher ! J’ai pas faim !

ZAMBEAUX. — Vous en faites pas, il se calmera. Ils se calment tous. Je suis beaucoup plus inquiet pour votre robe.

Extrait de Mon Oncle d’Amérique d’Alain Resnais. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. En ce moment, vous pouvez regarder le film sur Mubi (30 jours d’essai gratuit) en cliquant sur ce lien.

→ Voir aussi notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition, pour le travail ou pour le plaisir)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :