La Compagnie Affable

Textes & Scènes de Théâtre / Dialogues de Cinéma / Séries / Littérature / Philo / Poésie…

Zippo contre les Robots : Chronique d’un album néo-luddiste (4)

manifestation 11 janvier 2015 paris je suis charlie

Manifestation « Je suis Charlie » à Paris le 11 janvier 2015. (Wikipedia Commons/Olivier Ortelpa).

4ème épisode de notre chronique-feuilleton de l’album Zippo contre les Robots (lire le 3ème épisode) ! 

6. Charlie

Dans cette chanson, Zippo met le doigt sur un phénomène psychologique collectif qui s’est amplifié en France, suite aux attentats islamistes perpétrés contre les journalistes de Charlie Hebdo, mais aussi, rappelons-le, contre des juifs, et des policiers. 

Tout comme l’affaire Merah (ou le 11 Septembre aux Etats-Unis), ces événements traumatisants ont été récupérés par des racistes, trop contents d’amalgamer arabes, musulmans, islamistes et djihadistes. Mais le rappeur accuse aussi les médias d’avoir alimenté cette confusion xénophobe en tombant dans le panneau du « choc des civilisations ». (« Tout l’monde réclame justice / Soudain y’a pas d’justesse » ; « Les clichés, ça part vite / Et puis c’est cathartique » ; « Allume ta télé pour bien mater l’ennemi / Les médias t’préparent un remake de la Saint-Barthélémy »). Reflets continus de scènes de terreur sans véritable réflexion : la peur nourrit la peur, et fait le jeu des terroristes (« Nos cerveaux ne sont plus réceptifs / Qu’aux émotions simplifiées » ; « Y’a un Loup, / C’est tout, / V’là les moutons en transe ! »), tandis que l’on oublie les causes profondes du basculement de jeunes Français dans le djihadisme (« Impossible d’envisager que le ver vienne du noyau / Ou que ces crétins soient le fruit de leur époque / Du gris de leur décor / Voire du prix de leur école »). 

À cela, Zippo ajoute la critique d’une certaine conception de la laïcité, qui conduirait un peu plus à l’intolérance religieuse, et à la stigmatisation des musulmans (« Si on a peur, on est très vite parano / Que devient lorsqu’on combat un extrémisme par un autre ? / La laïcité a des airs d’Inquisition inversée / Alors que sont rares ceux qui liront un verset »). Selon lui, Charlie serait soudain devenu un symbole sacré, et la ligne éditoriale du journal satirique un hymne national, qui glorifierait le blasphème, punirait le crime de lèse-laïcité, aux dépens de la liberté d’expression, justifiant ainsi la présence de « poulets dans la cour de récré »… Des flics applaudis par ailleurs dans les cortèges du 10 et 11 janvier 2015… Mais ne mélangeons pas tout. Car il ne s’agit pas seulement d’une affaire de liberté d’expression et de laïcité. De toute façon, la formule « Je Suis Charlie » était bien trop naïve pour résumer l’émotion du pays devant ces actes de barbarie, et pour exprimer à la fois des sentiments divers de solidarité envers les journalistes, les juifs, les musulmans, les chrétiens, les policiers, l’Etat, l’humour, le blasphème…

Même s’il convient d’alerter sur les dangers d’une « hallucination collective », rappelons quelques éléments importants : 1/ Nombreux furent les Français à reprendre le slogan « Pas d’amalgames ! », à commander le Traité sur la tolérance de Voltaire… Bref, tout le monde ne s’est pas abandonné à des pulsions islamophobes et racistes. 2/ Il est des circonstances où les policiers sont des victimes comme les autres, et méritent bien une petite tape sur l’épaule. 3/ D’autre part, si le blasphème est une offense discutable (selon les intentions qui le motivent), les déclarations du genre « Ils ont eu ce qu’ils méritaient » restent parfaitement condamnables, comme toutes les incitations à la haine et les appels aux meurtres. 4/ Enfin, si les amalgames sont insupportables, et si les jeunes Français devenus terroristes sont en partie le produit de notre société, il ne faut pas oublier qu’ils ont été manipulés par des mouvements islamistes radicaux, sponsorisés entre autres par l’Arabie Saoudite. 

→ Lire le 5ème épisode

Paroles extraites de la chanson « Charlie ». ZippoZippo contre les robots, Strange Fruit, 2018. Vous pouvez acheter l’album sur ce lien. Pour suivre les aventures de l’homme-briquet sur Facebook, c’est par ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24 juillet 2018 par dans Philosophie / Société, Poésie, Rap, et est taguée , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :